Retour

Toronto autorise certains résidents à garder des poules

Les résidents de quatre quartiers de Toronto pourront garder des poules dans leur cour dans le cadre d'un projet pilote approuvé par le conseil municipal, mardi.

Le projet pilote durera trois ans, mais fera l'objet d'une première évaluation dans 18 mois.

Les participants pourront posséder jusqu’à quatre poules. Les coqs, eux, seront interdits en raison de leur chant matinal.

Les résidents devront s'inscrire auprès de la Ville et soumettre leur résidence à un examen de la part du Bureau des permis de Toronto. Ceux qui habitent dans un condominium ou un appartement ou qui ne disposent pas de suffisamment d'espace à l'extérieur ne pourront pas prendre part au projet pilote.

Le conseiller municipal de Toronto Joe Mihevc est à l'origine de l'initiative. « Les poules font partie d'un système sain d'approvisionnement en nourriture », dit-il, soulignant que nombre de Torontois sont partisans de l'agriculture en milieu urbain.

Le conseiller a même l'intention de garder des poules chez lui.

Opposition

Plusieurs conseillers s'opposent toutefois au projet, craignant que la présence de poules n'attire des prédateurs, comme les ratons laveurs et les coyotes.

D'autres soutiennent que les poules sont sales, sentent mauvais et qu'elles seront un danger pour la santé des voisins. Le conseiller municipal Jon Burnside trouve la situation ridicule.

Il souligne que les élus municipaux ont pris une décision sans les informations pertinentes et sans connaître les coûts qui seront associés au projet pilote.

Le maire John Tory, lui, est en faveur du projet pilote.

Plusieurs autres municipalités en Ontario permettaient déjà à leurs résidents de garder des poules dans leur cour, incluant Kingston, Brampton, Niagara Falls et Caledon.

Avec les informations fournies par Lyne-Françoise Pelletier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine