Retour

Toronto resserre ses liens avec des Villes du Texas

Transport en commun, haute technologie et planification urbaine étaient à l'ordre du jour des discussions entre le maire John Tory et ses homologues de Dallas, Michael Rawlings, et de Fort Worth, Betsy Price.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Les magistrats ont découvert qu'ils avaient plusieurs points en commun. Ils doivent entre autres lutter contre des politiques de repli sur soi en matière d'échanges commerciaux, de libre circulation des personnes et d'immigration.

C’est la première fois que la métropole accueille une délégation texane à l'hôtel de ville. Le maire Tory a déjà visité l’état du Texas, notamment sa capitale Austin. Une alliance a été formée entre les deux villes pour promouvoir l’industrie de la musique.

ALENA

Le Canada est le troisième partenaire commercial en importance de Dallas-Fort Worth. Les échanges bilatéraux entre ces villes et Toronto s’élèvent à 1,5 milliard de dollars par année. Le commerce et les investissements entre le Texas et le Canada sont importants pour les secteurs de l’automobile, de la construction et de la technologie. Ils soutiennent plus de 460 000 emplois aux États-Unis

La mission économique texane tombe donc à point considérant la possible renégociation de l’ALENA. L’Accord de libre-échange nord-américain a plus de 20 ans et il est temps de le moderniser selon le maire de Dallas, Michael Rawlings.

Il estime toutefois que les forces du marché triomphent dans ces négociations et que la modernisation de l’ALENA aidera les deux nations à solidifier encore plus leurs relations commerciales.

Achat américain

Le Texas mettra en oeuvre une nouvelle loi le 1er septembre favorisant l’achat de produits américains. Cette loi risque de rendre les relations commerciales entre les deux villes plus difficiles.

La mairesse de Fort Worth, Betsy Price, soutient que cette loi est une réponse au fait que la Chine inonde le marché de son acier peu cher. Elle croit que les politiciens auraient pu faire preuve d’un peu plus d’imagination.

Le maire de Dallas ajoute que cette loi sur l’achat de produits américains ne touche pas les gouvernements locaux. Michael Rawlings estime toutefois que c’est une mauvaise politique parce que le Texas a toujours été ouvert à brasser des affaires. Les décisions politiques, et surtout celles qui entravent le commerce, sont un problème universel, selon lui.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine