Retour

Toujours à la recherche de courriels disparus à l'Î.-P.-É.

Des courriels disparus en lien avec l'affaire du jeu en ligne à l'Île-du-Prince-Édouard continuent d'alimenter les débats parlementaires. L'opposition à l'Assemblée législative cherche à retracer l'origine de ces courriels depuis plus d'une semaine. Elle accuse le gouvernement libéral d'obstruction et même de camouflage.

Les courriels recherchés ont probablement été effacés.

Le député progressiste-conservateur Steven Myers veut tout de même connaître l'identifié de leurs auteurs, possiblement d'anciens hauts placés dans le gouvernement. Ces personnes pourraient, selon lui, faire l'objet d'accusations criminelles dans cette affaire.

L'élu de Georgetown-St. Peters talonne les libéraux à ce sujet tous les jours à la période de questions à l'Assemblée législative. Il croit que le parti au pouvoir cherche délibérément à retenir de l'information dans cette affaire.

« J'aimerais aller au fond des choses. J'aimerais que la GRC enquête. Et j'aimerais qu'il y ait des accusations si nécessaire », affirme Steven Myers. « Si [le premier ministre] se préoccupe vraiment d'être ouvert et transparent [et] s'il veut vraiment tirer les choses au clair une fois pour toutes, c'est ce qu'il devrait faire. »

Manque de transparence

Dans un rapport, la vérificatrice générale Jane MacAdam conclut que le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard a manqué de transparence lorsqu'il s'est engagé, avec gens d'affaires et une organisation autochtone, en 2011, dans un projet qui devait faire de la province insulaire un important portail de casinos par Internet mais qui ne s'est jamais matérialisé.

La surveillante des comptes publics s'est plainte d'avoir eu du mal à rassembler tous les documents dont elle avait besoin dans le cadre de son enquête, notamment des courriels de deux individus dans le gouvernement de Robert Ghiz.

Jane MacAdam n'a cependant pas nommé les individus concernés.

Si quelqu'un a enfreint la loi, peu importe si c'était il y a une heure ou il y a quatre ans, il faut que justice soit faite.

Steven Myers, député progressiste-conservateur de Georgetown-St. Peters.

Steven Myers croit que le gouvernement cherche à protéger d'anciens élus ou d'anciens hauts fonctionnaires impliqués dans cette affaire de jeu en ligne qui aurait coûté plus de 1,5 million de dollars à la province, selon la vérificatrice générale.

Demande prise en délibéré

La demande du député de Georgetown-St. Peters a été prise en délibéré il y a plus d'une semaine par le ministre de l'Éducation, Doug Currie, qui est aussi responsable de l'archivage des documents du gouvernement. Un délai anormalement long, de l'avis de l'opposition.

Le ministre libéral dit, pour sa part, qu'il ignore tout des courriels disparus.

Vendredi, à la période de questions, le premier ministre Wade MacLauchlan a rappelé qu'il avait demandé à la vérificatrice générale d'enquêter sur l'affaire du jeu en ligne neuf jours avoir succédé à Robert Ghiz en 2015.

La vérificatrice générale n'a décelé « rien de criminel » dans les décisions et les gestes de l'ancien gouvernement, a souligné le premier ministre.

« Ce rapport est devant nous. Il a été pris en considération par le comité des comptes publics. La vérificatrice générale a formulé 15 recommandations que nous avons mises en oeuvre », a insisté Wade MacLauchlan. « Nous nous sommes également engagés, à travers tout l'appareil gouvernemental, à agir dans le meilleur intérêt des contribuables de l'Île-du-Prince-Édouard et former le meilleur gouvernement possible à l'avenir. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine