Retour

Train léger sur rail à Ottawa : les plans de l'étape 2 sont approuvés

Le Comité des finances de la Ville d'Ottawa a approuvé, vendredi, un rapport sur la mise en oeuvre de la deuxième phase du projet de train léger sur rail.

Une étape cruciale a été franchie, mais le projet de trois milliards de dollars devra toutefois être soumis au vote du conseil municipal le 8 mars.

L'exécution de la phase 2 du train léger sur rail verra le jour après l'ouverture officielle de la phase 1, dans moins d'un an. Elle va prolonger la phase 1 à l'est de la Station Blair jusqu'au Chemin Trim, à l'ouest du Pré Tunney jusqu'au Chemin Moodie et plus au sud jusqu'à l'aéroport d'Ottawa.

Le projet de trois milliards sera financé par trois paliers de gouvernements, soit le municipal, le provincial et le fédéral. Il manque toutefois la confirmation du milliard de dollars provenant du fédéral.

De l'enthousiasme et des inquiétudes

Plusieurs délégations du milieu de la construction et de l'enseignement, comme le collège La Cité, sont venues féliciter les élus.

D'autres en ont critiqué certains aspects, notamment le fait que la Ligne Trillium devra être fermée totalement pendant 16 mois, durant les travaux. Cela pourrait avoir un impact important sur les étudiants de l'Université Carleton.

Par ailleurs, le maire d'Ottawa, Jim Watson, a souligné son ambition de voir un jour un lien pour le train léger sur le pont Prince-de-Galles, jusqu'à Gatineau. Un projet qui verra peut-être le jour, dit-il, après une éventuelle phase 3 du train léger.

« Si le gouvernement du Canada et les provinces peuvent nous fournir plus d'argent, c'est une possibilité », a déclaré le maire. « Mais pour moi, la prochaine priorité est un tracé plus à l'ouest, vers Kanata. Ma responsabilité, comme maire, est de fournir des services de transport en commun pour les résidents de la Ville d'Ottawa. »

Les appels d'offres pour la construction de la phase 2 du train léger sur rails seront émis d'ici l'été et la Ville vise un début de construction dans un peu plus d'un an, soit à l'été 2018.

Plus d'articles