Retour

Trans Mountain : du renfort de la Colombie-Britannique pour Rachel Notley

Une centaine d'hommes et de femmes d'affaires, d'ingénieurs et de responsables syndicaux de la Colombie-Britannique sont venus apporter leur soutien à Rachel Notley pour le projet d'extension du pipeline Trans Mountain.

La première ministre de l'Alberta a réitéré sa volonté de voir aboutir rapidement le projet.

« Nous nous unissons ensemble pour dire clairement : nous ne céderons pas, nous ferons construire ce pipeline », a martelé Rachel Notley devant une foule de plus de 300 personnes, dont des représentants des chambres de commerce d'Edmonton, de Calgary et de la région du Grand Vancouver.

Au lendemain de l’adoption de la Loi 12 permettant à l'Alberta de limiter ses exportations d'hydrocarbures vers cette province, quelques responsables économiques, syndicaux et ingénieurs ont été reçus à l'Assemblée législative par la première ministre Rachel Notley.

Parmi les membres de la délégation se trouvait Val Litwin, président-directeur général de la Chambre de commerce de la Colombie-Britannique. Il affirme que ce ne sont pas seulement les Albertains qui veulent que ce pipeline soit construit, mais des Britano-Colombiens aussi.

« Nous espérons que le gouvernement fédéral interviendra avec un plan vraiment clair pour faire de ce projet une réalité », dit-il. Il ajoute que la démarche de la délégation est d’envoyer un message positif aux Canadiens des autres provinces.

Pour sa part, Wilton Littlechild, grand chef du Traité 6, croit que ce ne sont pas seulement les questions économiques qui sont importantes.

« Est-ce possible d’avoir un développement responsable soutenu tout en respectant la terre nourricière? », questionne-t-il. C’est la question à laquelle il pense que les dirigeants devraient répondre dans le cadre du projet Trans Mountain.

Plus d'articles