Retour

Trans Mountain : Scott Moe demande à Ottawa d’intensifier les négociations

Le premier ministre de la Saskatchewan poursuit son plaidoyer en faveur du pipeline Trans Mountain. Il appelle à nouveau le gouvernement fédéral à s'engager dans des discussions sérieuses avec la Colombie-Britannique pour faire avancer le projet.

La Colombie-Britannique s’oppose à l’élargissement du pipeline Trans Mountain sur son territoire. Kinder Morgan, l'entreprise à l'origine, a menacé de l'abandonner s'il n'y avait pas d'accord avant le 31 mai 2018.

Alors que la date limite fixée approche, le premier ministre de la Saskatchewan le gouvernement fédéral doit s'investir davantage dans les négociations avec la Colombie-Britannique.

Lors d'une entrevue téléphonique depuis Yellowknife, où se déroulait la Conférence des premiers ministres de l'Ouest cette semaine, Scott Moe a rappelé à quel point la construction du pipeline est, selon lui, avantageuse non seulement pour l'Ouest canadien, mais pour l'économie de tout le pays.

Il appelle le gouvernement de M. Trudeau à insister davantage sur les bénéfices du projet, et à rappeler aux Britanno-Colombiens que le transport du pétrole par pipeline est plus sécuritaire que par train.

Le premier ministre saskatchewanais a souligné que la conférence n’avait pas permis de faire évoluer les opinions des participants. Il dit toutefois être « prudemment optimiste ».

Mercredi, l'Alberta n'a pas signé le communiqué de la conférence des premiers ministres de l'Ouest, invoquant que les provinces ne pouvaient pas s'entendre dans le dossier du pipeline Trans Mountain.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité