Retour

Transactions foncières douteuses : le bras droit de Brad Wall informé des négociations

Un courriel obtenu par CBC grâce à une demande d'accès à l'information soulève des questions quant au rôle du cabinet du premier ministre Brad Wall dans les négociations de la Régie de la plaque tournante de transport mondial dans l'affaire des transactions foncières douteuses.

Le contenu d'un courriel envoyé au chef de cabinet de M. Wall, Joe Donlevy, indique que le bureau du premier ministre était au courant des négociations depuis le tout début, bien que d’autres acteurs cléfs ne l'étaient pas.

En novembre 2013, M. Donlevy a reçu le message électronique qui a lancé les négociations ayant permis à la Régie d’acheter plus de 80 hectares (204 acres) de terres à Regina pour une somme de 21 millions de dollars, soit un prix deux à trois fois plus élevé que l'évaluation gouvernementale. Le promoteur immobilier Anthony Marquart a empoché cinq millions de dollars dans le cadre de cette transaction.

Todd MacKay, directeur du bureau des Prairies de la Fédération canadienne des contribuables dénonce le processus. « Il est évident que des mauvaises décisions été prises qui ont coûté des millions de dollars aux contribuables, dit-il. Nous devons savoir ce qui s’est passé. Il est clair que certaines décisions ont été prises dans le bureau du premier ministre, puisqu’ils savaient ce qui passait. »

En début novembre 2013, le ministre responsable à l’époque de la Régie de la plaque tournante de transport mondial, Bill Boyd, a désigné son conseiller supérieur Laurie Pushor pour s'occuper des négociations avec Anthony Marquart relativement à ces transactions foncières.

Une enquête de la vérificatrice générale de la province Judy Ferguson a indiqué que Bill Boyd a informé le bureau du premier ministre des négociations tout en tenant d’autres acteurs dans l’obscurité. « Il a mené le processus d’acquisition, sauf qu’il n’a pas informé le conseil d’administration de la [Régie], la direction de la [Régie] et n’a pas informé le [ministère] de la Voirie », a-t-elle tranché.

Le professeur en politiques publiques de l'Université de Regina Ken Rasmussen dit qu’il est étrange qu’un personnel ministériel soit informé de l’avancement des négociations et que des fonctionnaires soient laissés dans l’ignorance. « Ce n’est pas censé fonctionner ainsi. Le service public est là pour s’assurer que ce genre de choses n’aient pas lieu. »

Au moment où M. Pushor négociait avec M. Marquart pour acquérir ces terres pour la somme 103 000 $ l'acre (4046 m2), le ministère de la Voirie était prêt à proposer un prix de 30 000 $ à 35 000 $ pour les mêmes terres.

Le premier ministre Brad Wall a pour sa part reconnu qu’il y a eu des problèmes de communication ainsi qu’un manque de coordination relativement aux transactions en question.

Avec des informations de CBC

Plus d'articles