Retour

Transferts en santé : la N.-É. et T.-N.-L. signent une entente avec Ottawa

Après le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador concluent un accord avec Ottawa sur les transferts en santé.

La conclusion de ces accords a été confirmée par le gouvernement fédéral, vendredi après-midi.

Selon un communiqué du gouvernement néo-écossais, la province obtient un financement de 287,8 millions de dollars sur 10 ans, en plus d’une hausse de 3 % des transferts en santé. Cette enveloppe contient un fonds de 157 millions de dollars pour les soins à domicile et de 130,8 millions de dollars pour la santé mentale.

Tout comme le Nouveau-Brunswick, l’entente conclue par la Nouvelle-Écosse comporte une clause selon laquelle si une autre province obtient de meilleures conditions, la Nouvelle-Écosse pourra en bénéficier à son tour.

Nous sommes ravis d’avoir conclu une entente sur le financement de la santé avec le gouvernement fédéral qui nous aidera à répondre aux priorités des Néo-Écossais.

Stephen McNeil, premier ministre de la Nouvelle-Écosse

« C’était important pour nous de savoir que l’argent qui est investi en santé mentale et pour les soins à domicile est là pour le futur alors que nous cherchons à améliorer la prestation des soins de santé dans notre province », a-t-il ajouté par voie de communiqué.

De son côté, Terre-Neuve-et-Labrador obtient un financement de 160,7 millions de dollars sur 10 ans, en plus d’une hausse de 3 % des transferts en santé. De cette somme, 87,7 millions de dollars seront investis dans les soins à domicile et 73 millions de dollars en santé mentale.

Le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie, affirme que ce financement « n'apportera pas une transformation du système de santé », mais viendra en aide à des secteurs clés tels que celui des soins aux personnes âgées.

« Cette entente représente une avancée majeure vers de meilleurs soins de santé et de meilleurs résultats à travers la région, et je veux remercier Terre-Neuve-et-Labrador ainsi que la Nouvelle-Écosse pour leur vision et leur leadership », a déclaré par communiqué la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott.

Le bal des ententes se poursuit, les dissensions se creusent

Les deux provinces atlantiques emboîtent ainsi le pas au Nouveau-Brunswick qui a signé une telle entente bilatérale avec le gouvernement fédéral, jeudi. Cet accord avait entraîné la rupture du front commun formé par les provinces lundi, alors qu'elles avaient rejeté en choeur l'offre d'Ottawa.

L'offre initiale d'Ottawa prévoyait une hausse annuelle de son financement de 3,5 %, de même qu'une enveloppe supplémentaire de 11,5 milliards de dollars sur 10 ans pour des secteurs ciblés, soit principalement les soins à domicile et la santé mentale.

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, a vivement critiqué la démarche du Nouveau-Brunswick, jeudi. Les gouvernements de l'Ontario et du Manitoba s'étaient eux aussi opposés à une telle entente bilatérale.

Le premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan, s'était fait plus prudent en déclarant « [ne pas avoir] d’objection en principe à une entente bilatérale entre le fédéral et le Nouveau-Brunswick ».

Philippe Couillard dénonce la tactique de division d’Ottawa

Le premier ministre Philippe Couillard dénonce les tactiques de division d'Ottawa dans le dossier des transferts fédéraux en matière de santé, qu'il a qualifiées de « déplorables », en entrevue avec La Presse canadienne. Il enjoint à Justin Trudeau de revoir son attitude et de penser d'abord au bien des patients.

Il demande ainsi au premier ministre canadien de piloter de réelles négociations directement avec les premiers ministres des provinces et des territoires.

Selon le premier ministre du Québec, Ottawa doit cesser de tenter de diviser les provinces ou de les séparer pour en arriver à leur verser des sommes moindres, réduisant leur capacité à offrir des soins de santé à leurs populations respectives.

Cette façon de procéder, en plus de celle de l'ultimatum de type « à prendre ou à laisser », n'est pas dans l'esprit de la fédération ni d'un fédéralisme de collaboration, tranche-t-il. Surtout à l'approche du 150e anniversaire du pays, a-t-il pris soin de souligner.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine