Retour

Transferts en santé : le Manitoba refuse de céder

Le premier ministre du Manitoba n'a pas l'intention de signer un accord avec Ottawa sur les transferts en santé.

Brian Pallister a réitéré sa position au lendemain de la signature d'une entente avec la Saskatchewan. Cinq provinces refusent toutefois de ratifier l'entente proposée par le gouvernement fédéral sur la question : le Québec, l'Ontario, le Manitoba, l'Alberta et la Colombie-Britannique.

La question est trop importante pour qu'on permette [à Ottawa] de faire tomber une province à la fois avec des ententes à part.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

« Pour 85 % de la population canadienne - représentés par les cinq premiers ministres qui demeurent inébranlables - c'est une question importante qui doit être traitée dans un esprit de partenariat et de coopération, a-t-il déclaré. C'est sur quoi nous avons fondé notre démocratie et notre pays. Il faut faire de même avec notre système de santé. »

M. Pallister a réitéré son désir de négocier avec Ottawa. « C'est la principale préoccupation des Canadiens, et il faut que le gouvernement fédéral vienne à la table pour qu'on puisse en discuter », insiste le premier ministre du Manitoba.

Le système actuel n'est pas viable; les services ne peuvent pas être maintenus avec une augmentation de 3 % du fédéral.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Brian Pallister a écarté la possibilité de conclure une entente sur mesure comme l'a fait la province voisine - une stratégie qu'il a qualifiée d'ignoble. « Se vanter d'investissements en santé mentale peut être bien perçu à court terme, mais si la victoire en santé mentale se fait au détriment des personnes qui ont besoin de soins qui ne tombent pas dans cette catégorie, ce n'est guère utile », a-t-il déclaré.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine