Retour

Transferts en santé : le N.-B. prêt à négocier sa propre entente avec le fédéral

La ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Cathy Rogers, affirme que la province est prête à négocier une entente bilatérale sur les transferts en santé avec le gouvernement fédéral après l'échec des négociations entre Ottawa et les provinces lundi.

« Les discussions sont terminées pour le moment, pour aujourd’hui, mais notre intention est tout de même de miser sur une entente bilatérale », a dit Cathy Rogers, à l’émission Power & Politics sur les ondes de CBC lundi.

Le gouvernement fédéral a promis 11,5 milliards de dollars pour les soins à domicile et la santé mentale. Le ministre des Finances Bill Morneau proposait également d’augmenter le taux de croissance des transferts en santé à 3,5 %, annuellement pour les cinq prochaines années.

Le Nouveau-Brunswick appuyait conditionnellement la proposition sur la table.

Cathy Rogers, ministre des Finances du Nouveau-Brunswick

« Nous partageons les mêmes priorités pour la santé mentale et les soins à domicile. Nous avons une population vieillissante. Nous avons des défis particuliers au Nouveau-Brunswick, comme d’autres petites provinces, pour répondre aux demandes grandissantes dans les soins de santé », a affirmé Cathy Rogers.

La ministre des Finances participait à des négociations sur les transferts en santé lundi, à Ottawa, en compagnie de ses homologues provinciaux et fédéral, ainsi que des ministres de la Santé provinciaux et certains premiers ministres des provinces.

Les provinces font une troisième proposition

Alors que les provinces faisaient une contre-offre au gouvernement fédéral - un taux de croissance des transferts de 5,2 % - le premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant a fait une troisième offre.

La province a offert d’accepter la proposition du fédéral d’augmenter les transferts de 3,5 %, mais a suggéré à Ottawa de modifier les modalités des versements pour la santé mentale et les soins à domicile, et de plutôt offrir un montant de base à chaque province.

Ce montant pourrait être distribué au prorata de la population de chaque province, a suggéré le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Victor Boudreau.

« Pour le moment, il n’y avait pas assez de provinces qui croyaient que cette solution était meilleure que l’offre du 5,2 % faite conjointement [par les provinces]. Donc, la proposition n’a pas réellement été considérée lors de la discussion », a expliqué Victor Boudreau.

Cathy Rogers espère qu’une entente sera bientôt conclue. Elle croit que certaines provinces pourraient changer d’avis si elles prennent le temps de penser à la proposition du Nouveau-Brunswick.

Elle craint qu’une crise de santé ne pointe à l’horizon si les provinces et le fédéral n’arrivent pas à s’entendre.

Cathy Rogers affirme que le Nouveau-Brunswick « fera tout en son possible » pour arriver à une entente bilatérale.

Plus d'articles

Commentaires