Retour

Transferts en santé : le Québec critique vertement la démarche du Nouveau-Brunswick

Le ministre de la Santé du Québec critique le Nouveau-Brunswick parce qu'il négocie avec le fédéral en vue d'une entente bilatérale sur le financement de la santé, à la suite de l'échec des négociations entre Ottawa et les gouvernements provinciaux et territoriaux.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, craint qu’une entente bilatérale mène à une érosion des transferts fédéraux pour l’ensemble des provinces.

« Ce qui est en jeu ici, c’est une diminution du financement, de la part du financement du fédéral en santé pour tout le monde, incluant le Nouveau-Brunswick. Le fédéral, ce qu’il nous a mis sur la table c’est actuellement 23,3 % des dépenses en santé et on descendrait sur dix ans à 20 % », a affirmé Gaétan Barrette en entrevue à l’émission Le réveil Nouveau-Brunswick, d’ICI Acadie.

Je ne peux pas croire qu’il y a un premier ministre d’une province qui va dire à sa population: “Regardez bien, je vais vous faire une entente qui va faire qu’on va diminuer le financement et comme ça on va couper les services.”

Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

Si au contraire le Nouveau-Brunswick obtient davantage que les autres provinces grâce à ses négociations, ajoute le ministre Barrette, ce serait injuste. « Imaginez le jour où le Nouveau-Brunswick recevrait plus d’argent, mettons, que les autres provinces, ça voudrait dire qu’au Canada il y aurait des citoyens de différentes classes », dit-il.

Le Nouveau-Brunswick se défend

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Victor Boudreau, appuie « sans réserve » son premier ministre, Brian Gallant. Selon lui, la prise de position de son gouvernement a toujours été claire.

Avec tout le respect que j’ai pour M. Barrette en tant que collègue, ses commentaires ne tiennent pas la route. Nous avons dit dès le début que nous voulions travailler avec les autres provinces et territoires pour essayer d’arriver à une entente nationale, mais nous avons également dit depuis le début [...] que nous étions ouverts à négocier une entente bilatérale en l’absence d’une entente nationale.

Victor Boudreau, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick

Un reportage de Pierre Philippe LeBlanc

Selon Victor Boudreau, d’autres provinces discutent aussi avec Ottawa, mais il ne précise pas lesquelles. Il souligne que certaines provinces ont déjà obtenu dans le passé des ententes bilatérales avec Ottawa. Il estime que le Québec « figure probablement assez haut sur cette liste-là ».

Victor Boudreau assure que le Nouveau-Brunswick veut toujours travailler avec les autres provinces et territoires, mais il souligne que le temps presse.

« Le gouvernement fédéral est à la veille de finaliser son budget. Alors, si on veut des fonds dans la prochaine année fiscale, il fallait que les choses se règlent d’ici la fin de l’année du calendrier. À ce moment-ci, nous n’allons pas avoir d’entente nationale avant la fin de l’année du calendrier. Alors, pour nous, si on peut négocier une bilatérale, c’est la manière d’aller chercher les fonds que nous avons besoin pour mieux desservir notre population », conclut le ministre Boudreau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine