Retour

Transferts en santé : les provinces atlantiques semblent résignées au statu quo

Un premier ministre en Atlantique reconnaît qu'il serait difficile pour le gouvernement fédéral d'améliorer ses transferts en santé afin d'aider les provinces où la moyenne d'âge augmente rapidement.

Les personnes âgées requièrent en général plus de soins de santé que les jeunes, ce qui contribue à faire augmenter les dépenses des provinces en ce domaine.

Durant la dernière campagne électorale fédérale, les libéraux de Justin Trudeau ont parlé d'ajuster la formule des transferts de paiements en santé afin d'aider les provinces où la population est plus vieillissante. La formule actuelle est basée sur le nombre d'habitants et ne tient pas compte de leur âge.

À l'époque, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, et son ministre de la Santé, Victor Boudreau, ont appuyé l'idée des libéraux fédéraux. M. Boudreau disait qu'il serait important d'inclure le facteur démographique dans la formule.

Toutefois, à l'issue de la réunion des premiers ministres de l'Atlantique avec des ministres fédéraux, tenue à Fredericton cette semaine, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse Stephen McNeil a exprimé des doutes. Il a déclaré qu'il serait très difficile pour n'importe quel gouvernement d'apporter des changements à la formule.

Selon le premier ministre Brian Gallant, le fédéral peut aider les provinces de plusieurs façons. Il ne s'agit pas seulement d'augmenter les fonds, explique-t-il, il faut se servir de tous les mécanismes à la disposition des gouvernements.

Scott Brison présente une autre option

Scott Brison, président du Conseil du Trésor, propose pour sa part d'investir dans des programmes provinciaux qui appuient les soins à domicile et les services de santé aux personnes âgées.

M. Brison affirme que les détails de ces mesures figureront dans le premier budget de son gouvernement, qui sera présenté prochainement.

D'après un reportage de Jacques Poitras, CBC

Plus d'articles