Retour

Transferts en santé : rencontre difficile en vue entre Ottawa et les provinces

Les ministres des finances du pays se rencontrent lundi prochain pour tenter de trouver une entente dans le dossier du financement de la santé. Le ministre fédéral Bill Morneau se dit prêt à verser certaines sommes d'argent supplémentaires aux provinces, mais ces montants devront être investis dans des sphères bien précises, avec obligation de résultats.

« Nous voulons être certains que si nous faisons des investissements dans notre système de santé, qu’il y ait des résultats pour les familles, pour les gens. Nous commençons le débat avec mes homologues avec ce but d’avoir des résultats dans le secteur des soins à domicile et de la santé mentale », a déclaré M. Morneau.

Ottawa veut réduire le taux de croissance des transferts en santé, qui passerait de 6 à 3 % par année. Les libéraux ont aussi promis en campagne 3 milliards de dollars au cours de leur premier mandat pour les soins à domicile.

Depuis des mois, les provinces dénoncent ce plan. Elles craignent un manque à gagner d'un milliard de dollars pour financer leur réseau.

En entrevue, vendredi, le ministre Morneau a indiqué qu'Ottawa n'augmentera pas le transfert afin qu'il représente 25 % des dépenses en santé des provinces.

Sa collègue à la Santé, Jane Philpott, a de son côté promis « une somme d'argent substantielle », mais qui devra être investie dans les soins à domicile et la santé mentale.

« On n'a qu'une journée, dit Bill Morneau. Nous pouvons investir plus dans les endroits où nous voulons faire des investissements. Et sinon, on va rester avec notre engagement de campagne d’investir 3 milliards dans les soins à domicile. »

« Un fédéralisme prédateur et dominateur »

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, n’a pas mâché ses mots vendredi soir pour qualifier l’attitude du ministre Bill Morneau.

« C’est du fédéralisme prédateur et dominateur », a-t-il lâché à l'émission 24/60. « C’est du maquillage de chiffres que fait M. Morneau », a-t-il ajouté.

« Ce qui est sur la table, ce n’est pas plus et même un peu moins que ce qui était sur la table par les conservateurs », dit le ministre, qui demande au premier ministre Justin Trudeau de rappeler à l'ordre son ministre des Finances.

« On a une journée pour négocier, puis il n'y en a pas eu [de négociations] dans la dernière année », dénonce Gaétan Barrette, en assurant que tous les ministres de la Santé du pays, qui ont tenu une conférence téléphonique vendredi, « vont parler d’une seule voix et sont tous très déçus de l’attitude du ministre ».

Le ministre Barrette réclame d'Ottawa une pause d’un an pour permettre une vraie négociation et de reconduire le 6 % d'augmentation des transferts pendant cette période.

Avec les informations de Raphaël Bouvier-Auclair

Plus d'articles

Commentaires