Retour

Transport collectif : et si Québec manquait encore le bateau?

La mode est aux noms de ministères qui font « tendance ». C'est ainsi que, depuis le dernier remaniement, le Québec a un ministre des Saines habitudes de vie. Ce qui rend d'autant plus criante l'absence d'un ministre des Infrastructures.

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi info

Rappelons-le, le gouvernement Trudeau s'apprête à mettre à la disposition des provinces et municipalités quelque 20 milliards de dollars au cours des deux prochaines années pour des projets d'infrastructures. Comme il s'agit de la principale promesse électorale des libéraux durant la dernière campagne, il ne fait pas de doute que cette manne sera bel et bien rendue disponible... et très bientôt!

D'où l'importance pour le Québec d'être prêt. Pas seulement pour recevoir l'argent du fédéral - environ 5 milliards de dollars -, ce qui va de soi, mais pour l'utiliser aux meilleures fins possibles.

La dernière fois que le gouvernement fédéral avait fait de grands investissements du genre, c'était en 2009 lorsque le gouvernement Harper, après avoir failli être renversé, avait finalement compris qu'il fallait investir dans les infrastructures pour tenter d'atténuer la crise économique.

À ce moment-là, le Québec avait décidé d'investir l'essentiel de ces sommes dans le réseau routier puisqu'il avait déjà mis en place son propre programme de réfection des infrastructures routières à la suite de l'effondrement du viaduc de la Concorde en 2006, et de la commission Johnson qui a suivi.

Comme le passé est souvent garant de l'avenir, on peut craindre que la même chose se reproduise. Il y a toujours des projets de réfection de viaducs ou de nouvelles routes qui sont prêts à être soumis par le ministère des Transports.

C'est un peu plus délicat pour les projets qui touchent le transport en commun.

Détestable manie

Le problème, c'est que les ministres des Transports qui se sont succédé à Québec ont eu la détestable manie de jeter aux poubelles les projets qui avaient été soumis à leurs prédécesseurs.

Ainsi, M. Robert Poëti avait passé la première année de son mandat à dénigrer tous les projets de transport en commun qui se trouvaient sur son bureau à son arrivée. Le précédent gouvernement avait réussi à faire consensus dans la région métropolitaine pour que le prolongement de la ligne bleue du métro vers l'est soit la priorité.

C'était un projet de 1,8 milliard de dollars situé dans une zone densément peuplée et largement oubliée dans les plans de transport collectif, et qui avait le potentiel d'augmenter le nombre d'usagers du métro de 80 000 par jour.

M. Poëti a décrété que c'était trop cher, qu'il fallait d'abord remplacer le projet par un train de surface, puis par un train sur pilotis, puis par un tram-train avant de demander à l'Agence métropolitaine de transport (AMT) d'étudier la question, pour se faire répondre par l'AMT que la solution était... un métro souterrain.

Avec le résultat que le projet est en veilleuse et qu'il est tout sauf prêt à être soumis dans le cadre du programme fédéral. Et il ne s'agit que d'un seul exemple, alors qu'il y en a plusieurs, dont le fameux tramway à Québec.

C'est triste parce que le Québec risque de manquer le bateau en transport collectif. Le tout alors que le fédéral a un volet précis sur les infrastructures vertes dans son programme - ce qui inclut bien évidemment les transports collectifs.

Le programme d'infrastructures fédéral a pour but d'injecter rapidement de l'argent dans l'économie. Le site d'Infrastructures Canada prévoit qu'on ne considérera que des projets qui auront déjà un plan d'affaires complet. Par exemple, l'Ontario et les municipalités du Grand Toronto ont un plan établi de 50 milliards de dollars sur 25 ans pour le transport en commun dans toute la région. Et à Montréal? Ailleurs dans la province?

Au bout du compte, le danger est bien réel que le Québec manque - encore une fois, serait-on tenté de dire - le bateau quand il s'agit du transport en commun. Parce que quand la manne passe, il faut être prêt.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards