Retour

Transport en commun : Gilles Lehouillier réclame un financement provincial équitable

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ne pourra pas utiliser l'argent du service rapide par bus (SRB) à d'autres fins. « Si ce n'est pas un SRB, voici ce que [Laurent] Lessard m'a dit : "Vous devez à nouveau déposer un projet et on recommence à neuf." »

Un texte de Jonathan Lavoie

Gilles Lehouillier précise que la réponse du ministre des Transports était catégorique. Même si Lévis a l'intention de proposer une solution beaucoup moins chère qu'un SRB, il lui sera impossible de toucher une part des 12,5 millions de dollars accordés au bureau de projet ou des 56 millions de dollars réservés pour les plans et devis.

Or, le maire de Québec croit toujours qu'un SRB pourrait voir le jour dans la capitale. Régis Labeaume a d'ailleurs demandé au ministre des Transports de maintenir les activités du bureau de projet.

Son vis-à-vis de la Rive-Sud demande un traitement équitable au gouvernement provincial. « J'ai reçu une fin de non-recevoir. Alors je m'attends à ce qu'il n'y ait pas deux poids deux mesures », lance Gilles Lehouillier.

Selon lui, si la Ville de Québec continue de travailler au sein du bureau de projet financé par le gouvernement provincial, c'est que les travaux sur le SRB se poursuivent malgré la vaste consultation annoncée pour le mois prochain.

Silence radio entre les maires

Quoiqu'en disent les deux maires, le SRB semble être une source de tension entre Gilles Lehouillier et Régis Labeaume.

Lundi, le maire de Québec a semblé irrité de ne pas avoir encore reçu un appel de son homologue depuis que la Ville de Lévis a annoncé son retrait du SRB, signant ainsi l'arrêt de mort du projet.

« M Lehouillier ne m'a jamais appelé », a confirmé le maire en donnant le numéro de téléphone de l'hôtel de ville. « C'est assez simple, ça fait 10 ans que ça marche de même », a ajouté Régis Labeaume.

Gilles Lehouillier a rétorqué qu'il n'hésitera pas à contacter le maire de Québec lorsqu'il aura besoin de lui parler. Au sujet du SRB, il martèle avoir pris la bonne décision pour les contribuables de sa ville.

« On a pris une décision en fonction des intérêts de notre population. Le reste pour moi, c'est de la poutine, de la mascarade, je n'embarque pas là-dedans. S'il [Régis Labeaume] veut m'appeler, il connaît mon numéro, je vais être très gentil avec lui et je vais lui offrir mon entière collaboration. »

Lundi soir, le conseil municipal de Lévis a entériné la création d'un comité sur les transports en commun. Ce comité sera présidé par le président de la Société de transport de Lévis, Michel Patry, et devra remettre ses recommandations au plus tard à la fin de l'année 2017.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine