Retour

Travaux d'automne à Queen's Park : tarifs d'électricité, accusations, francophonie et valeurs sociales

Factures d'électricité salées, dépôt d'accusations contre deux libéraux, révision des règles de financement politique, voici quelques-uns des faits saillants des travaux parlementaires qui se terminent jeudi.

Les libéraux ne seront pas déçus de prendre une pause de l’Assemblée législative; les derniers mois ont été particulièrement difficiles.

Électricité

Oui, les questions d’électricité ont monopolisé les débats. Les libéraux ont beau avoir annoncé une réduction de 8 % des factures à partir de janvier — une réduction qui pourrait atteindre 20 % dans les régions rurales — la grogne est bel et bien palpable au sein de la population.

La première ministre a reconnu que cette question a contribué à la défaite de son parti lors de l’élection partielle de Scarborough-Rouge River.

Elle a aussi reconnu, la larme à l’oeil devant des militants libéraux, avoir commis des erreurs dans ce dossier. Kathleen Wynne et son gouvernement continuent d’atteindre des records d’impopularité, principalement en raison de ce dossier.

Je savais qu’être ministre serait difficile. Je savais qu’avoir le ministère de l’Énergie serait difficile. Mais je n’ai pas décidé de faire de la politique pour avoir un titre, mais pour faire quelque chose. J’ai pu en faire beaucoup dans les derniers six mois et j’ai hâte d’en faire plus.

Glenn Thibeault, ministre de l'Énergie

Accusations en vertu de la loi électorale

Deux libéraux, l’organisateur Gerry Lougheed et l’ancienne chef de cabinet adjointe de Kathleen Wynne,

Patricia Sorbara, ont été accusés de corruption cet automne relativement à l’élection partielle de Sudbury en 2015.

L’affaire continue d’ébranler les libéraux.

Financement politique

Les parlementaires et le personnel politique ont adopté de nouvelles règles pour le financement partisan.

Le projet de loi qui a causé bien des remous en début de session a finalement été approuvé par tous les partis. Les nouvelles règles entrent en vigueur en janvier.

Un déficit à éliminer

La province fait face à un déficit anticipé de 4,3 milliards de dollars pour 2016-2017. Malgré cela, les libéraux promettent toujours un budget équilibré pour 2017-2018, juste à temps pour les élections de juin 2018.

Les travaux ont aussi été marqués par un différend entre le gouvernement et la vérificatrice générale sur l’état des comptes publics.

Ils ne comptabilisaient pas les pensions des employés du secteur public de la même façon. Après un bras de fer public, les libéraux ont accepté de prendre en compte les conclusions de la vérificatrice générale.

En français s’il vous plaît

L’Ontario a obtenu le statut d’observateur à l’Organisation internationale de la francophonie durant cette session. Une victoire qui a été célébrée par les francophones.

La province a marqué cet automne les 30 ans de la loi 8 sur les services en français. La ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, s’est engagée à revoir la loi, sans toutefois spécifier ce que cela signifiait.

Par ailleurs, le gouvernement n’a pas fait l’unanimité avec sa décision de nommer un conseil de planification pour évaluer les possibilités de mettre sur pied une université de langue française. Il n’y a pas un pas qui s’est fait pour nous rapprocher de ça.

France Gélinas, porte-parole en matière d’Affaires francophones, Nouveau Parti démocratique

Je suis fière de ce qu'on fait pour les Ontariens et Ontariennes, les francophones, les Franco-Ontariens, les francophiles. On doit continuer. à suivre […] la session 2017 qui s'en vient.

Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones

Les défis de l’opposition

La question des valeurs sociales conservatrices est venue hanter les progressistes-conservateurs.

Le chef Patrick Brown a dû clarifier sa position sur le programme d’éducation sexuelle. Dans une lettre envoyée aux électeurs de Scarborough-Rouge River et qu’il avait signée, il disait vouloir abroger le programme s’il devenait premier ministre.

Il a nié avoir vu la lettre par la suite et a assuré qu’il était en faveur du programme.

Patrick Brown a accueilli le plus jeune député de l’histoire de la province, Sam Oosterhoff, dans son caucus. Le jeune député de 19 ans est « ’pro-vie »’ et pourrait mettre son chef dans l’embarras sur ces questions.

Ça, c’est une diversion du gouvernement Wynne qui pousse le débat sur cet enjeu.

Patrick Brown, chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario

Le NPD de son côté a talonné le gouvernement sur les tarifs d’électricité et la privatisation partielle d’Hydro One tout au long de la session.

Le parti d’Andrea Horwath ne parvient toujours pas toutefois à s’imposer. Le NPD n’a pas gagné aucune des élections partielles des derniers mois et même de la dernière année.

Les élus prennent maintenant le chemin de leur circonscription et recommenceront à siéger le 21 février.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine