Retour

Troisième lien : le projet à l'étude depuis 1973

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, avait pourtant nié l’existence de ces études en septembre dernier. Son cabinet avait ensuite plaidé que leur publication avait le potentiel de compromettre le processus d'appel d'offres pour la construction d’un nouveau pont à l'île d'Orléans.

Les informations publiées mercredi révèlent notamment que le gouvernement étudie la réalisation d’un nouveau lien routier entre Québec et Lévis depuis plus de 40 ans.

Construction d’un tunnel

En 1975, une étude réalisée par le MTQ concluait déjà que la construction d’un tunnel entre les deux rives était réalisable techniquement.

« Les problèmes à résoudre sont nombreux, mais non insurmontables à première vue », écrivaient les auteurs.

Dès 1977, la première étape d’une étude sur la faisabilité d’un lien entre la rive nord et la rive sud du fleuve Saint-Laurent, via l’île d’Orléans, a été réalisée.

Deux ans plus tard, un rapport final concluait qu’il était possible de construire un pont ou un tunnel à cet endroit pour traverser le fleuve. Selon les structures retenues, le coût total du lien variait de 243 à 439 millions de dollars.

Un chantier de 12 ans

En 1999, une nouvelle étude a été commandée, cette fois pour étudier la faisabilité d’un lien sous-fluvial passant sous l’extrémité ouest de l’île d’Orléans.

Le tunnel devait commencer à l’intersection du boulevard Sainte-Anne et de l’autoroute Félix-Leclerc, sur la rive nord, et rejoindre l’autoroute 20 sur la rive sud, à la hauteur des routes Lallemand ou Monseigneur-Bourget.

Le coût de réalisation était estimé à 750 millions de dollars. Le chantier devait durer 12 ans, ce qui fit dire aux auteurs, dans leur conclusion, « qu’il est temps d’agir afin de ne pas se retrouver à la remorque des événements ».

Aucune des études rendues publiques mercredi n’évalue la possibilité d’un troisième lien à l’ouest des ponts existants, comme le demande le maire de Québec.

Plus d'articles