Retour

Trou noir : Justin Trudeau promet de continuer le travail pour « que la solution soit la bonne »

Le premier ministre Justin Trudeau, de passage au Nouveau-Brunswick, jeudi, tente de se faire rassurant pour les travailleurs qui réclament l'élimination du trou noir de l'assurance-emploi.

Un texte de Pierre-Philippe LeBlanc

Le trou noir est la période sans revenu entre la fin des prestations d’assurance-emploi et la reprise du travail saisonnier.

Dans son dernier budget, Ottawa a promis 240 millions de dollars sur deux ans pour aider les travailleurs dans l’ensemble du pays qui subissent le trou noir. Le fédéral a aussi promis 2,5 millions de dollars à court terme pour les chômeurs du Nouveau-Brunswick qui connaissent cette situation.

Ottawa et Fredericton ont annoncé mardi que les travailleurs saisonniers sans revenu pourront recevoir un revenu de remplacement de l’assurance-emploi à condition de suivre une formation de 30 heures par semaine. Dès le lendemain, des centaines de travailleurs à Tracadie ont manifesté contre cette solution qui, selon eux, ne règle pas le problème du trou noir.

« Le travail s’entame avec eux. Je comprends que ça faisait des semaines et des semaines qu’ils exigeaient justement des mesures d’urgence et on reconnaissait que c’était essentiel. C’est pour ça qu’on a amené cet argent immédiat pour aider. Mais on reconnaît tout à fait que le travail doit se faire de la bonne façon pour élaborer un système qui va reconnaître la nature du travail saisonnier qui existe sur la Péninsule, à travers les Maritimes et l’Est-du-Québec. Et on va continuer de travailler avec eux pour s’assurer que la solution soit la bonne. C’est pour dans les prochains mois », affirme Justin Trudeau.

Brian Gallant optimiste

Justin Trudeau s'est rendu à Sussex où il a d'abord rencontré le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant. À l’issue de la réunion, M. Gallant a dit qu’il n’a pas discuté du problème du trou noir de l’assurance-emploi avec M. Trudeau, mais il fait confiance au fédéral pour trouver une solution.

« Nous avons beaucoup apprécié la réponse à court terme au défi qui fait face aux gens, a déclaré Brian Gallant. [...] Nous venons juste de lancer une solution à court terme pour aider. Encore une fois, je pense que ça va aider les gens à aller au travail, à avoir du travail, avoir des montants d’argent pour les appuyer, avoir de la formation. Mais nous réalisons que ce n’est pas parfait. C’est en raison de ça que nous sommes fiers que le gouvernement fédéral a une ouverture pour avoir une solution plus permanente. »

Au Nouveau-Brunswick pour discuter d’économie

Justin Trudeau a ensuite participé à une table ronde sur la croissance économique en milieu rural. Que pourrait être, selon lui, la bonne formule pour aider des régions comme celle de l’Atlantique? Il n’y a pas de solution magique, dit-il, mais il voit plusieurs moyens d’appuyer le milieu rural.

« Qu’on parle d’immigration par exemple. On a des projets-pilotes par rapport à l’immigration qui vont aider à ramener plus de travailleurs, plus de familles, en région. On parle aussi de l’aide pour les personnes plus âgées pour pouvoir rester plus longtemps chez elles, de pouvoir continuer de rester actif et présents dans leur communauté. On parle de réduire les impôts pour les petites entreprises, ce qu’on a fait au mois de janvier et qu’on va faire encore plus l’année prochaine. Ce sont toutes des choses qui vont aider », souligne Justin Trudeau.

Après le dîner, vers 12 h 45, le premier ministre compte visiter l’école secondaire régionale de Sussex. Il prononcera à cette occasion un discours portant sur l’allocation canadienne pour les travailleurs, qui est l’une des mesures prévues dans le budget 2018.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards