Retour

Trudeau à New York pour signer l'accord de Paris

Pour Justin Trudeau, le déplacement est incontournable. Après que son gouvernement eut participé activement aux négociations sur le climat à Paris, à la fin de l'année dernière, le premier ministre canadien sera à New York au cours des prochains jours pour signer l'accord.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Échange avec des étudiants universitaires new-yorkais, rencontres bilatérales et même entraînement de boxe. Les événements et rendez-vous qui remplissent l'horaire de Justin Trudeau au cours de son séjour éclair de deux jours dans la métropole américaine sont pour le moins disparates. Mais le but premier du déplacement est la signature de l'accord de Paris.

L'Organisation des Nations unies, tout comme le gouvernement du Canada, veulent lancer un message fort. L'événement entourant la signature se déroulera le vendredi 22 avril, jour de la Terre. Selon l'ONU, 130 pays ont fait part de leur intention de signer l'accord. 

La cible du Canada critiquée

Le chef du NPD Thomas Mulcair avance que Justin Trudeau va se « pavaner » à New York sans avoir un plan ambitieux de lutte contre les changements climatiques. Le gouvernement Trudeau a conservé la cible de réduction des émissions canadiennes qui avait été établie par le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

À quand la ratification?

Si vendredi la signature de Justin Trudeau est inscrite sur l'accord de Paris, le Canada ne l'aura toujours pas ratifié. Le gouvernement promet que cette étape cruciale sera franchie d'ici la fin de l'année, après une entente entre le fédéral, les provinces et les territoires sur un plan national de lutte contre les changements climatiques.

À Vancouver, au début du mois de mars, tous les premiers ministres ont convenu de mettre sur pied des comités se penchant sur diverses questions, dont la tarification du carbone, pour développer une stratégie pancanadienne.

« Ça va se passer dans les six prochains mois et après cela nous serons dans la position de le ratifier », a confirmé plus tôt cette semaine la ministre de l'Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. 

Plus d'articles

Commentaires