Un gouvernement libéral mettrait le dernier clou dans le cercueil de la commande canadienne d'avions de chasse F-35. Il se servirait des sommes ainsi économisées pour renouveler les navires de la Marine canadienne.

Un texte de Marie-Ève Maheu 

Le chef libéral, Justin Trudeau, présentait dimanche à Halifax son plan pour les Forces canadiennes.

M. Trudeau propose de « remplacer les CF-18 actuels par des aéronefs plus abordables que les F-35 », en ouvrant un nouvel appel d'offres.

« Ce processus veillera à ce que les soumissions incluent des avantages industriels garantis pour les entreprises canadiennes et nos travailleurs, ce que le plan des conservateurs pour les F-35 à un seul fournisseur ne faisait pas », dit-il.

Le chef libéral estime que l'abandon des F-35 permettra d'économiser « des dizaines de milliards de dollars pour les prochaines décennies. »

Il compte en revanche respecter les commandes de nouveaux bateaux faites par les conservateurs, notamment au chantier Halifax Shipyard.

M. Trudeau affirme vouloir maintenir les dépenses de la Défense nationale au niveau actuel et même accorder les hausses budgétaires promises.

Mais il a aussi dit souhaiter des Forces armées « plus minces », lors de son discours. Questionné à savoir si cela signifiait qu'il y aurait des mises à pied, M. Trudeau s'est montré plutôt évasif, en indiquant qu'il voulait surtout s'attaquer à la bureaucratie.

« On parle d'avoir des Forces armées plus efficaces, qui ont l'équipement nécessaire pour accomplir leur tâche. Et on sait très bien qu'il y a énormément de poids administratifs comparés au poids des soldats et des forces qui font le travail sur le terrain ».

Des F-35 controversés

L'achat de 65 avions de chasse américains F-35 a été mis sur la glace par les conservateurs, en 2012, après un rapport accablant du vérificateur général. Il reprochait au gouvernement Harper d'avoir sous-évalué les coûts des F-35 et d'avoir pris sa décision sans effectuer les recherches suffisantes. 

Au départ, l'enveloppe prévue par les conservateurs pour l'achat et l'entretien de 65 avions F-35 était d'environ 25 milliards de dollars, en 2010. Un rapport du ministère de la Défense, de décembre 2014, établissait plutôt ces coûts à 45,8 milliards de dollars.

Le mois dernier, le National Security Network, un groupe de réflexion américain spécialisé dans les affaires étrangères, affirmait encore que les controversés F-35 pourraient ne pas s'avérer aussi performants que les avions-chasseurs en circulation à l'heure actuelle, dont les CF-18 canadiens.

« Nous n'allons pas abandonner », réplique Harper

Pour le chef conservateur, Justin Trudeau fait preuve d'insouciance en voulant abandonner le programme. « Le chef libéral n'a pas seulement dit qu'il annulerait le programme, mais il a dit que nos forces aériennes n'avaient pas besoin d'une telle force de frappe. Je ne sais pas où il prend ses informations. On utilise ces atouts partout dans le monde. »

Pour M. Harper, Justin Trudeau abdique les responsabilités qui incombent à un premier ministre.

« Nous n'avons pas l'intention d'abandonner notre mission contre le soi-disant État islamique, nous n'avons l'intention d'abandonner nos alliés, nous n'avons pas l'intention d'abandonner les gens dans la région, nous n'avons pas l'intention d'abandonner ces capacités pour nos forces aériennes et nous n'avons pas l'intention d'abandonner notre industrie aérospatiale, surtout dans la région de Montréal ».

Plus d'articles

Commentaires