Retour

Trudeau courtise les enseignants et les éducatrices en garderie

Justin Trudeau profite de la rentrée des classes pour annoncer qu'un gouvernement libéral qu'il dirigerait mettrait en oeuvre un crédit d'impôt de 15 % destiné aux enseignants et aux éducateurs en garderie qui achètent des fournitures scolaires avec leur propre argent.

Il a fait cette promesse mercredi lors d'un passage à Newmarket, au nord de Toronto.

Ce crédit d'impôt s'appliquerait à diverses dépenses - articles décoratifs, affiches, matériel d'artiste, livres, tablettes, ordinateurs portables, logiciels de soutien, boîtes de rangement, etc. - totalisant 1000 $ au maximum.

Le crédit d'impôt serait par ailleurs remboursable. Tous les éducateurs concernés pourraient donc obtenir un maximum de 150 $ par année, quel que soit leur niveau de revenu, dès leur prochaine déclaration de revenus.

Selon le Parti libéral, cette mesure coûtera 60 millions de dollars au Trésor public.

« Nous donnons des crédits, des bénéfices à toutes sortes d'emplois pour des dépenses engagées pendant leur travail. On ne fait pas ça pour les enseignants », a expliqué M. Trudeau.

« Il est temps qu'on reconnaisse le travail que les enseignants font pour éduquer nos enfants, qui est tellement important et que, régulièrement, les enseignants dépensent de leur propre poche pour le bénéfice de leurs enfants », a-t-il ajouté.

Un journaliste a demandé à M. Trudeau s'il ne serait pas plus avisé de mieux financer l'éducation en augmentant les transferts aux provinces. Le chef libéral n'a pas répondu directement à cette question, se bornant à rappeler qu'il est disposé à discuter de la question avec les premiers ministres des provinces.

M. Trudeau a lui-même obtenu un baccalauréat en éducation de l'Université de Colombie-Britannique et a enseigné quelques années dans cette province. « Je suis et je serai toujours un fier enseignant », a-t-il noté lors de son point de presse, tenu dans un commerce vendant des fournitures scolaires.

« Je pense que cette idée vaut la peine d'être considérée. Une chose est certaine, ça semble être une tentative de ressembler à un conservateur », a réagi le chef conservateur Stephen Harper. « Il semble vouloir revenir sur ses positions antérieures qui s'opposaient aux professeurs, aux étudiants et aux familles canadiennes. »

Le Parti conservateur a répliqué à cette annonce en soulignant que le montant canadien pour emploi, adopté pour le gouvernement Harper en 2006, permet déjà aux travailleurs canadiens de réclamer les coûts pour les fournitures liées à leur travail.

Le Parti libéral réplique que ce montant canadien pour emploi peut être réclamé par tous les salariés, et que le crédit d'impôt annoncé par M. Trudeau est bel et bien une nouvelle mesure s'adressant uniquement aux enseignants et aux éducateurs.

Plus d'articles

Commentaires