Retour

Trudeau, le nom (souvent) mis à l'index par les conservateurs

Le chef conservateur Stephen Harper se défend de nommer son adversaire libéral par son seul prénom depuis le début de la campagne électorale par manque de respect ou pour le rabaisser. Le Parti conservateur a néanmoins cherché à clarifier sa position à ce sujet, mardi matin.

Un texte de François Messier

« Justin ». C'est le nom qu'utilise le plus souvent Stephen Harper depuis le début de la campagne pour parler du chef libéral. Il l'emploie non seulement dans ses discours, mais aussi dans ses communiqués, et même dans les publicités de sa formation politique.

« Justin pense que le budget s'équilibre tout seul. Il n'est tout simplement pas prêt », claironne par exemple la nouvelle publicité en français du Parti conservateur. Le chef néo-démocrate a droit à un autre traitement : on l'appelle « Mulcair » tout court.

Dans le Toronto Star, lundi, la chroniqueuse Chantal Hébert a dit y voir une stratégie « mesquine », destinée à rabaisser le chef libéral d'une part, mais aussi à occulter le nom « Trudeau », qui a une connotation positive pour de nombreux électeurs.

Lors d'un bref point de presse, mardi, à Toronto, la première question posée à Stephen Harper ne portait pas sur sa promesse électorale du jour - un engagement de 1,5 milliard de dollars par année -, mais sur cette approche.

Le premier ministre sortant a nié toute stratégie savamment calculée.

« Je crois que j'utilise ça parfois, d'autres fois non. D'après nous, c'est comme ça que les Canadiens l'appellent, parce que c'est comme ça que le Parti libéral l'a vendu », a-t-il fait valoir, sans s'étendre sur le sujet.

Le porte-parole de la campagne conservatrice, Kory Teneycke, avait précédemment donné sa version de l'affaire aux journalistes. « Je n'aimerais pas que vous gaspilliez une question » avec ce sujet, a-t-il lancé aux journalistes avant que son patron ne prenne la parole.

« Je crois qu'il faudrait plutôt poser la question au Parti libéral », a-t-il alors commenté. Justin Trudeau « a brigué la direction du parti avec un site web appelé Justin.ca. Il a fait une tournée en utilisant des décors sur lesquels on pouvait lire "Justin" ».

« Je crois que le Parti libéral a investi beaucoup d'argent pour le vendre comme « Justin », et sans surprise, c'est le nom sous lequel le connaissent les Canadiens. Alors dans nos publicités, et avec beaucoup de produits, on y fait référence de la manière dont il est connu », a-t-il ajouté.

Kory Teneycke dément qu'il s'agisse d'une stratégie visant à rabaisser le chef libéral. M. Harper, dit-il, s'est aussi adressé à lui en lui donnant de l'« honorable » à certains moments ou en l'appelant « chef du troisième parti d'opposition », voire « Monsieur Trudeau » ou « Justin Trudeau ».

« Le public le voit comme une célébrité et les célébrités n'ont qu'un nom : Oprah, Beyoncé, Bono, Justin », avait-il expliqué lundi, en entrevue à La Presse Canadienne.

Sur Twitter, la directrice de la campagne conservatrice, Jenni Byrne, a aussi ajouté son grain de sel dans le débat mardi matin, en publiant une photo accompagnée du message « sans commentaire ».

Dans sa conférence de presse de mardi matin, Stephen Harper a utilisé le nom complet de son adversaire libéral. Son communiqué de presse faisait cependant toujours référence à deux reprises à « Justin ».

Un peu plus tôt, le principal intéressé avait refusé de se laisser entraîner dans cette histoire, qu'il a qualifiée de « distraction ». « Je viens d'avoir deux questions à ce sujet plutôt que sur les moyens de bâtir une économie forte pour l'avenir de ce pays. Je reste concentré sur les Canadiens, et ce dont ils ont besoin », a déclaré M. Trudeau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine