Retour

Trudeau malmené par ses adversaires pour ses propos sur les PME

Les adversaires du chef libéral ont tiré à boulets rouges sur Justin Trudeau au lendemain d'une entrevue diffusée sur les ondes de CBC, lors de laquelle il a affirmé qu'une « proportion importante » de petites entreprises sert de paravent à de riches Canadiens qui veulent économiser de l'impôt.

Un texte de Sophie-Hélène Lebeuf

Interrogé mardi soir par le chef d'antenne Peter Mansbridge sur la possibilité de diminuer les impôts des petites entreprises, comme l'a proposé le Nouveau Parti démocratique (NPD), Justin Trudeau s'est montré ouvert à cette possibilité, y allant cependant d'une réserve.

« Je pense que les petites entreprises devraient payer moins d'impôts », a-t-il d'abord répondu, affirmant que sa formation aurait « sans doute des choses à dire à ce sujet », avant d'ajouter : « Nous devons nous assurer que c'est fait de la bonne façon ».

Une citation que s'est empressé de critiquer le chef conservateur, Stephen Harper, mercredi matin, lisant un extrait de cette entrevue lors d'un événement organisé par la Chambre de commerce de l'Ontario.

« Ma femme et moi avons tous les deux géré de petites entreprises, nous comprenons ce qu'est une petite entreprise. Il s'agit ici de quelqu'un qui aspire à devenir premier ministre et qui pense qu'une "proportion importante" des petites entreprises sont des escroqueries fiscales, s'est-il insurgé. Sérieusement! Les petites et moyennes entreprises sont le fer de lance de cette économie. »

« Nous ne faisons pas les choses uniquement parce qu'elles sont sensées d'un point de vue économique. Nous les faisons parce que nous comprenons que la création d'emplois, particulièrement par les petites et moyennes entreprises, est essentielle », a-t-il poursuivi, remettant en question les compétences du dirigeant libéral.

Justin Trudeau « doit s'excuser », estime le NPD

Le NPD a pour sa part critiqué l'affirmation du chef libéral dans un communiqué émis en après-midi. « Il ne comprend pas le quotidien des entreprises familiales, des gens qui travaillent dur et qui créent la majorité de nos emplois », a réagi le candidat du NPD dans Niagara-Centre, Malcolm Allen.

« Appuyer les petites entreprises qui créent de l'emploi, qui font croître notre économie et qui réinvestissent dans leur communauté est tout simplement une politique économique logique », a poursuivi le candidat, faisant écho aux critiques des conservateurs.

Invité en matinée par une journaliste à préciser ses propos, lors d'un événement de campagne à Toronto, Justin Trudeau a éludé la question, se contentant de marteler son message de campagne.

« Nous nous assurerons que toute proposition mise de l'avant aide les Canadiens qui en ont besoin, les petites entreprises qui ont besoin, contrairement à ce que font malheureusement plusieurs des propositions de ce gouvernement - et M. Mulcair est d'accord avec lui - qui continuent d'aider les Canadiens les mieux nantis qui n'ont pas besoin d'aide », a-t-il déclaré.

Le chef libéral n'a pas dit sur quelles données il s'était appuyé pour lancer son affirmation.

Plus d'articles

Commentaires