Retour

Trudeau nie catégoriquement avoir utilisé l'exemple de l'indépendantisme québécois pour dénoncer la violence

Justin Trudeau nie avoir utilisé l'exemple de l'indépendantisme québécois en Inde pour dénoncer la violence séparatiste, contrairement à ce qu'affirme le gouvernement du Pendjab.

En entrevue téléphonique depuis l'Inde, la porte-parole du premier ministre canadien, Chantal Gagnon, a qualifié de « complètement faux » les propos que l'on retrouve dans un communiqué sur le site du bureau du ministre en chef du Pendjab, Amarinder Singh, relatant sa rencontre de mercredi avec M. Trudeau.

Le premier ministre a d'ailleurs renchéri, peu après, en conférence de presse, en répétant que tout cela était « entièrement faux ». « Je n'ai pas dit ça », a-t-il insisté.

« J’ai toujours été très fier du fait que Canada et Québec ont des leçons à partager avec le monde sur le pluralisme, la diversité et les différents points de vue, sans avoir recours à aucune violence », a-t-il plaidé.

Dans un communiqué daté du 21 février publié sur le site de l’État du Pendjab, M. Singh rapporte que, lors de la rencontre, Justin Trudeau a insisté sur le fait que son pays ne soutient aucun mouvement séparatiste, en Inde ou ailleurs dans le monde.

Amarinder Singh avait soutenu, par le passé, que des ministres canadiens seraient des sympathisants du mouvement séparatiste sikh.

Justin Trudeau aurait alors dit, faisant allusion au mouvement indépendantiste québécois, avoir lutté toute sa vie contre de telles menaces, qu’il était pleinement conscient des risques de violence et qu’il avait toujours lutté de toute sa force pour l’empêcher.

Selon ce qu'a confié une source gouvernementale à La Presse canadienne, le premier ministre du Canada a bel et bien parlé du Québec avec son interlocuteur, mais « en aucun cas il n'a fait de comparaison entre les mouvements indépendantistes québécois et sikhs, surtout pas avec la violence ».

Amarinder Singh a profité de l’occasion pour remettre à Justin Trudeau une liste de neuf individus qui opéreraient à partir du Canada et qui seraient impliqués dans des crimes au Pendjab en lien avec les séparatistes sikhs.

« Pour moi, il vient de se déshonorer » - Lisée

Le chef du PQ, réagissant avant que Trudeau ne nie le tout, a dit trouver « injurieux » et « honteux » que le premier ministre Justin Trudeau ait présenté le mouvement indépendantiste québécois comme étant violent, lors de son passage en Inde.

Cette façon d’instrumentaliser le mouvement indépendantiste québécois a soulevé l’indignation du chef du PQ, Jean-François Lisée, en entrevue à Gravel le matin.

« Ça fait 45 ans qu’il n’y a pas eu de gestes de violence dans le mouvement indépendantiste », a-t-il rappelé. Et de dire, aujourd’hui, à l’étranger, que le mouvement indépendantiste actuel a des risques de violence alors que c’est un des plus grands mouvements pacifistes en Occident! On a tenu deux référendums intenses, déchirants, sans actes de violence […] C’est vraiment en dessous de tout ».

Selon le leader péquiste, Justin Trudeau dérape souvent sur les questions qui touchent le nationalisme québécois. « Il semble avoir un angle mort abyssal sur toute sa connaissance de la réalité nationale québécoise », a-t-il avancé, avant de conclure : « Pour moi, il vient de se déshonorer ».

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a lui aussi déploré les propos du premier ministre canadien.

« Jusqu'où Justin Trudeau est-il prêt à aller pour plaire à l'international? Il doit s'excuser, a-t-il souligné. « Le mouvement indépendantiste québécois est un mouvement pacifique et démocratique ».

Plus d'articles