Retour

Trudeau poursuit sa tournée pancanadienne à Winnipeg

Plus de 1400 personnes ont répondu à l'appel du premier ministre Justin Trudeau pour une assemblée au centre Duckworth de l'Université de Winnipeg.

D’entrée de jeu, la question des pipelines a rapidement fait l’objet de questions.

M. Trudeau a expliqué à l’auditoire qu’il ne croit pas que la transition vers des sources énergétiques plus sûres se fasse du jour au lendemain. « Vu que la majorité des Canadiens se sert encore des combustibles fossiles, les pipelines nous permettront d’atténuer les pressions sur le système ferroviaire pendant la transition [vers des énergies vertes] », a soulevé M. Trudeau.

Interrogé au sujet des soins de santé, le premier ministre canadien a souligné qu’Ottawa a mis des dizaines de milliards de dollars de transferts sur la table des négociations, et qu’il incombe aux provinces d’accepter l’offre du fédéral.

Cette offre comprend 5 milliards de dollars sur 10 ans pour les initiatives en santé mentale ainsi que pour les soins à domicile, a rappelé M.Trudeau. La Saskatchewan, les trois provinces de l’Atlantique ainsi que les trois territoires ont déjà signé l’entente provinciale-fédérale.

Cependant, le Manitoba mettra en ligne à la fin de la semaine un site Internet et utilisera les médias sociaux pour condamner l'intention du gouvernement fédéral de limiter l'augmentation annuelle des transferts en santé.

M. Trudeau a évité de préciser s’il imposerait un échéancier aux provinces pour l’acceptation des transferts en santé.

La question Trump

À la fin du forum, Justin Trudeau a répondu aux questions de deux petits garçons qui voulaient savoir ce que le premier ministre entendait faire par rapport à son nouvel homologue américain.

« Je voulais juste vous dire quelque chose à propos de Trump. Il fait de mauvaises choses », a dit le premier enfant, sous les acclamations et les applaudissements de la foule. « Vas-tu sauver le Canada pour notre avenir? », a-t-il renchéri.

Monsieur le premier ministre, je suis très mécontent avec ce qui se passe au sud de la frontière canadienne. Je veux savoir comment [Donald Trump] peut affecter le Canada et qu’est-ce que nous allons en faire.

Un petit écolier

« Nous allons assurer que nous sommes concentrés sur l’avenir de notre pays, a répondu M. Trudeau. Nous allons assurer que le Canada reste le Canada et que le Canada reste un pays prospère. C’est une question d’équilibre, mais je sais que nous y arrivons si nous travaillons ensemble. »

Plus tôt dans la journée, le premier ministre Trudeau s’était rendu dans l’École Robert H. Smith, une école primaire d’immersion française, après que 450 élèves lui eurent envoyé des lettres lui demandant de les inclure dans sa tournée de rencontres citoyennes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine