Le premier ministre du Canada s'est envolé jeudi pour un voyage qui le mènera à Lima, Paris et Londres. Ce voyage s'annonce très chargé pour Justin Trudeau, qui reviendra brièvement dimanche au Canada pour discuter de l'avenir du projet Trans Mountain avec les premiers ministres de l'Alberta et de la Colombie-Britannique avant de reprendre son voyage.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy, correspondant parlementaire à Ottawa et animateur du balado Mêlée politique

« Le leitmotiv du voyage sera le commerce progressiste », a indiqué à Radio-Canada une source gouvernementale bien au fait du voyage.

Cette source soutient que l’entourage du premier ministre est « conscient » des répercussions du voyage en Inde, d’où l’importance d'axer le voyage sur les aspects commerciaux.

D’ailleurs, l’horaire du périple est beaucoup moins propice aux frasques : deux sommets, un au Pérou (Sommet des Amériques), l’autre au Royaume-Uni (Sommet du Commonwealth), et une visite officielle de deux jours en France, où tout sera réglé au quart de tour.

« Comme dit l’expression : les chiens aboient, la caravane passe. On continue notre travail, et ce voyage-là va montrer qu’on va passer à autre chose », indique cette source gouvernementale, qui précise en souriant qu'on ne verra pas Justin Trudeau avec un béret et une baguette sous le bras au pied de la tour Eiffel.

Lors du voyage en Inde, Justin Trudeau et sa famille portaient des habits traditionnels lorsqu’ils ont visité certains lieux touristiques, ce qui leur avait valu certaines railleries sur les réseaux sociaux.

« J’ai l’impression que tout le monde a appris des leçons du voyage [en Inde], affirme Jocelyn Coulon, qui a été conseiller politique de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion. Les sommets ne sont pas le lieu où le ministre peut se montrer très flamboyant, en s’habillant avec le costume national. »

Pérou

Lors du Sommet des Amériques, le premier ministre pourra s'entretenir avec plusieurs dirigeants, notamment ceux du Mercosur : l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay. Le Canada est en négociation avec ces pays afin de conclure un accord de libre-échange.

Il sera aussi question de l’ALENA avec le président mexicain, Enrique Peña Nieto, qui pourrait rencontrer Justin Trudeau. Certaines informations laissaient entendre plus tôt ce mois-ci que l’annonce d’une entente de principe était possible.

Toutefois, le président américain Donald Trump a annoncé mardi qu’il ne se rendrait pas au sommet. Il faudra donc attendre avant une annonce.

La crise politique au Venezuela devrait être un autre sujet omniprésent lors de la rencontre à Lima.

« Nous aborderons aussi les enjeux de gouvernance et de démocratie, notamment avec ce qui se passe au Venezuela », explique une source gouvernementale.

Paris

Justin Trudeau se rendra par la suite à Paris pour une visite officielle de deux jours.

Il rencontrera le président Emmanuel Macron pour discuter du prochain G7, mais aussi afin d’intensifier les relations entre les deux pays, qui ont une vision similaire du commerce, du climat et de l’Europe, entre autres.

Justin Trudeau soulignera les succès qui découlent de l’accord de libre-échange avec l’Europe qui est entré en vigueur en septembre. Il y aura aussi une annonce sur la lutte contre les changements climatiques, ainsi que l’ouverture de la nouvelle ambassade du Canada à Paris.

Justin Trudeau prononcera un discours à l’Assemblée nationale française, une première pour un premier ministre canadien. L’ancien premier ministre du Québec, René Lévesque, s’était aussi adressé aux députés français.

« Il va aborder les thèmes importants, comme l’Europe, et ça devrait être bien reçu, sauf peut-être par l’extrême droite et l’extrême gauche. Mais ça va montrer que notre approche fonctionne », a indiqué une source gouvernementale.

« On veut calmer les inquiétudes, les anxiétés ressenties par plusieurs », explique cette source.

En Europe, on a vu la popularité de partis politiques qui s'opposent à l'Union européenne grandir au cours des dernières années. Marine Le Pen en France et Geert Wilders aux Pays-Bas ont obtenu de bons résultats lors des dernières élections dans leurs pays.

Londres

À Londres, il sera là aussi question de libre-échange, dans le contexte de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit). Ottawa veut maintenir des liens importants avec son plus grand partenaire commercial en Europe. En 2016, l'ensemble du commerce bilatéral entre les deux pays a atteint plus de 25 milliards de dollars canadiens.

Le premier ministre rencontrera son homologue Theresa May ainsi que la reine.

L’horaire très chargé évitera les longueurs et les visites de lieux touristiques ou religieux, comme c’était le cas en Inde. Le premier ministre ne sera pas non plus accompagné de sa famille.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine