Retour

Trump à La Malbaie pour contrôler le G7, selon un expert

Donald Trump va se présenter au Sommet du G7 de La Malbaie avec en tête un objectif bien précis : asseoir l'hégémonie des États-Unis sur les pays les plus industrialisés, croit le spécialiste de la politique américaine Donald Cuccioletta.

Un texte de Louis Gagné

« C'est évident que M Trump s'en va au G7 pour mettre son étampe et même contrôler le G7 avec ses politiques », affirme le chercheur de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques.

« Il s’en va là pour amener ce qu'on a communément appelé le trumpisme, finalement, cette politique de droite et d'extrême droite, populiste, qu'il a appliquée puis qu'il semble vouloir appliquer un peu partout dans le monde », ajoute-t-il.

L’historien et politologue y voit une façon pour Donald Trump de poursuivre sa politique visant à rendre à l’Amérique sa grandeur (« Make America Great Again »).

Contexte favorable

Donald Cuccioletta soutient que la présence de gouvernements de droite au sein du G7 (Japon, Royaume-Uni et Italie, notamment) offre un contexte favorable au président américain pour mettre de l’avant ses politiques néolibérales.

« Il a des appuis au sein du G7, donc, pour lui, c'est une opportunité et surtout pour la classe capitaliste américaine qui met de l'avant la politique de M. Trump, non seulement interne, mais aussi externe au niveau de la réorganisation du capitalisme international », explique l’expert de la politique américaine.

Donald Cuccioletta a fait cette analyse lors d’une conférence de la Coalition pour un forum alternatif au G7, dont il est l’un des porte-parole, qui avait lieu jeudi matin à Montréal.

La Coalition, qui regroupe différentes organisations communautaires, syndicales et citoyennes, organise plusieurs activités avant et pendant le Sommet du G7 pour dénoncer les politiques économiques de ce groupe sélect, accusé de générer « toujours plus d’inégalités ».Le regroupement prévoit notamment manifester dans les rues de Québec le samedi 9 juin à 15 h.

Plus d'articles