C'est exactement comme dans un mauvais western. Vous savez ceux dont on peut prévoir la fin après avoir vu trois minutes du film. Le scénario va comme suit : il y a un vilain. Un vilain qui arrive de l'extérieur et terrorise les paisibles gens du village. Il ne paie pas ses taxes et vole les emplois tranquilles des conducteurs de diligence.

Michel C. Auger

Une analyse de Michel C. Auger
animateur de Midi Info

 

Arrive un nouveau shérif - un étrange shérif qui, autrefois, travaillait à la banque du village... Mais qu'à cela ne tienne, c'est désormais lui, le shérif, et il devra chasser le vilain du village et le renvoyer chez lui, à l'étranger.

À la fin évidemment, puisqu'on est à Hollywood, le bon shérif gagne contre le vilain tricheur qui dans la dernière scène quitte le village en jurant qu'il reviendra se venger. The End.

C'est, malheureusement, l'histoire du projet de loi 100. Et c'est vrai qu'Uber est le vilain parfait. Une multinationale américaine qui place ses profits dans des paradis fiscaux. Qui ne paie pas ses taxes au Québec. Qui efface ses disques durs à distance pendant une perquisition. Qui traite ses chauffeurs comme du « cheap labor ». Et qui
passe son temps à proférer des menaces.

C'est cet Uber, mauvais citoyen corporatif, qui a permis au ministre des Transports Jacques Daoust de légiférer en ne tenant compte que d'Uber et pas du tout de la nouvelle réalité de l'économie de partage.

Pour ce faire, M. Daoust et le gouvernement ont fait une simple réécriture des lois actuelles pour faire rentrer un Uber rond dans le trou carré de l'industrie du taxi. Pas d'innovation, tout juste quelques accommodements, mais ce qui comptait, c'est de préserver le modèle actuel du taxi.

Au lieu d'accueillir un nouveau joueur, de l'encadrer et de lui permettre d'opérer dans la légalité en payant tous ses impôts, on lui impose le modèle économique et réglementaire existant et inadapté. Au lieu d'avoir deux services en saine concurrence, on renforce le monopole accordé à l'industrie du taxi. Si le consommateur veut avoir plus de choix, il devra les trouver ailleurs qu'au Québec.

La loi, c'est la loi?

L'argument, c'est que la loi, c'est la loi. Et c'est vrai qu'Uber a essayé de se situer carrément en dehors du cadre légal québécois. Mais le travail de l'Assemblée nationale n'est pas de s'en tenir au strict cadre légal - faire respecter les lois actuelles, ce serait plutôt le travail de la police -, mais aussi d'adapter les lois, pour le bien commun, aux conditions sociales et économiques qui changent.

Nos députés et ministres sont des législateurs. Ce sont eux qui changent les règles, quand il le faut. Nos députés seraient donc capables d'adapter les lois sur des questions aussi complexes que l'aide médicale à mourir, le financement politique ou les mères porteuses. Mais pas à propos d'Uber et de l'économie de partage?

Parce qu'il est évident que, même si Uber devait quitter le Québec demain matin, l'économie de partage ne va pas disparaître. Un autre service de covoiturage commercial, qui paiera ses impôts et voudra être un bon citoyen corporatif, débarquera au Québec.

Que fera-t-on quand Google ou Facebook offriront un tel service? Ou un autre, parce que l'économie du partage, ça peut être toutes sortes de choses. Comme Airbnb, Lyft ou Turo. Mais avec la loi 100, le Québec envoie le message que les innovations et les nouvelles technologies ne sont pas les bienvenues. Qu'on leur dira « bye-bye », comme l'a dit si élégamment le shérif adjoint.

C'est d'autant plus dommage que la venue d'Uber a eu pour effet de dynamiser le monde du taxi, ce que même les porte-parole de l'industrie reconnaissent. En quelques mois, on a retiré la plupart des voitures aux sièges défoncés et à la propreté douteuse. Les chauffeurs se sont mis à être plus courtois. Il y en a de moins en moins qui parlent au téléphone pendant toute la course. Et il y a eu l'arrivée d'un magnifique service comme Téo à Montréal.

Ça, c'est ce qui arrive quand la compétition ébranle un monopole.

On avait l'exemple sous les yeux et on aura préféré la méthode du shérif. Comme dans un mauvais western...

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine