Retour

Un ancien maire de St-Jean, T.-N.-L., menace le conseil actuel d’une poursuite

Un ancien maire de Saint-Jean, T.-N.-L., Andy Wells, dit songer sérieusement à poursuivre l'actuel conseil municipal de la municipalité devant les tribunaux parce qu'il ne respecte pas ses propres arrêtés, selon lui.

D’après M. Wells, les membres du conseil et les fonctionnaires municipaux violent « sciemment ou par ignorance » des arrêtés qui leur interdisent de tenir des votes sur des questions salariales ou financières lors de réunions à huis clos.

Il soutient que les salaires de certains employés municipaux ont fortement augmenté depuis six ans et que ces hausses sont illégales.

« Vous avez un conseil qui dépense libéralement, qui gaspille, qui est irresponsable et sans doute immoral et peut-être même illégal », a-t-il déclaré devant des journalistes au terme de la réunion du conseil, lundi soir.

Il s’est même inspiré de Donald Trump en disant que les conseillers et les employés fautifs mériteraient d’être « enfermés » s’ils étaient reconnus coupables au terme d’un procès.

Une volonté de cacher des dépenses, selon Andy Wells

Le règlement municipal sur l’accès à l’information a récemment été amendé. L’ancienne version interdisait les décisions sur les avantages financiers consentis aux conseillers et aux employés municipaux lors de réunions privées.

Cette disposition a été retirée lors de l’amendement, à la fin septembre harmoniser le règlement municipal avec la loi provinciale sur l’accès à l’information, a expliqué la Municipalité lors du vote, à la fin septembre.

Selon Andy Wells, les élus municipaux ont plutôt voulu cacher certaines dépenses au public.

Il note que les dépenses d’exploitation de la ville ont augmenté de 220 à 290 millions de dollars, de 2012 à 2016.

« Ces gens se régalent aux frais des contribuables depuis six ans, déclare-t-il. Les contribuables sont au menu et la note est très salée! »

Le maire de Saint-Jean, Dennis O’Keefe, n’était pas disponible pour commenter et le président du comité des finances de la municipalité, Jonathan Galgay, n’a pas voulu donner d’entrevue. Il s’est borné à déclarer, par courriel « qu’il avait de meilleures choses à faire que de commenter des propos d’Andy Wells ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine