Retour

Un aspirant chef de la droite radicale avait été écarté du PQ

EXCLUSIF – Sébastien Poirier, qui souhaite fonder un parti pour « combattre l'islam politique » au Québec, possède toujours sa carte du Parti québécois. À titre de représentant des jeunes de la circonscription de Fabre, à Laval, il a même siégé à l'exécutif de l'association locale au printemps 2016.

Un texte d’Alex Boissonneault, correspondant parlementaire à Québec

Son implication dans les instances de la formation a toutefois été de courte durée. Il a été éjecté de l’équipe après deux mois en raison de son comportement, selon le porte-parole du PQ, Yanick Grégoire.

Une version que ne dément pas le principal intéressé. Ancien membre du chapitre québécois du groupe anti-islam Pegida, M. Poirier admet que ses propos tranchés sur les musulmans, l’immigration et les questions identitaires ont choqué les militants péquistes.

« Je pense que c’est le vice-président qui m’a dit que je ne pouvais plus représenter les jeunes de l’association », dit-il.

L’étudiant, qui termine sa scolarité au niveau collégial, dit ne pas avoir de ressentiment à l’égard du Parti québécois. Il affirme qu’il cherchait surtout à « gagner de l’expérience politique » en se joignant à l’association péquiste de Fabre.

Après son passage au PQ, il s'est joint à l’Équipe autonomiste, un parti de la droite fédéraliste, qu’il a d’ailleurs représenté officiellement à l’élection partielle de Verdun, en décembre 2016, confirme le Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Sur son site web, la formation le présente toujours comme son futur candidat dans Fabre aux élections de 2018.

Le PQ se distance

Le Parti québécois a tenu à prendre ses distances du jeune homme et, surtout, des idées qu’il défend.

« Le Parti québécois ne soutient pas et n’a jamais soutenu ce type d’opinion, a assuré M. Grégoire. Et nous le démontrons autant dans nos actions que dans notre discours progressiste et équilibré. »

Sébastien Poirier affirme qu’il ne lui manque plus que 20 des 100 signatures nécessaires pour que son Mouvement traditionaliste du Québec soit reconnu par le DGEQ.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine