Retour

Un candidat au conseil municipal de Saint-Albert demande la démission du maire

La seule porte honorable que le maire de Saint-Albert Nolan Crouse peut franchir, c'est celle de sortie, selon le candidat au conseil municipal Steve Stone. Lors d'une conférence tenue vendredi matin, M. Stone a rappelé qu'un juge avait déclaré l'élu coupable d'avoir enfreint à deux reprises la loi sur la gouvernance municipale et d'avoir omis de déclarer ses conflits d'intérêts lors de discussions du conseil municipal.

Un texte de Sébastien Tanguay

Le maire Crouse aurait alors dû quitter la pièce pour éviter d'influencer la teneur des conversations. Il ne l'a pas fait. Une première dans l'histoire de Saint-Albert, selon Steve Stone.

« Il n'y a jamais eu personne, dans l'histoire de la ville, qui a enfreint la loi sur la gouvernance municipale. C'est une première, Mmes et MM. Ça constitue l'entorse la plus grave qu'un élu municipal peut commettre à cette loi », a affirmé M. Stone.

Le bras de fer entre le maire et Steve Stone remonte au 31 octobre 2016. C'est le jour où le résident de Saint-Albert a déposé un recours en justice contre le maire, l'accusant d'avoir manqué à son obligation de divulguer deux conflits d'intérêts au conseil municipal.

Le juge B.R. Burrows a présenté son verdict jeudi, reconnaissant que le maire Nolan Crouse avait manqué à son devoir à deux reprises - sans exiger, toutefois, sa démission, comme il en avait le pouvoir.

Le magistrat stipule que les infractions reprochées au maire Crouse ne justifient pas son renvoi. D'autant plus que l'élu, comme le précise le jugement, a déjà annoncé que le mandat qu'il termine le 16 octobre prochain sera son dernier.

Malgré tout, Steve Stone poursuit sa croisade.

« Je ne fais pas ça par vengeance. Je veux que tous comprennent qu'il n'y a personne au-dessus de la loi », explique-t-il.

« Une campagne de trophée de chasse »

Contacté par Radio-Canada, le maire Nolan Crouse a offert une réplique cinglante à Steve Stone.

« Je suis très content du verdict et pour moi, cette histoire est close », commence l'élu.

Il accuse M. Stone de n'avoir « rien à présenter » aux électeurs et de chercher à combler ce « vide d'idées » par une campagne de salissage à son endroit.

« Il essaie de créer une histoire parce qu'il n'a aucune campagne sinon une campagne négative, poursuit le maire sortant. Il n'a aucune plateforme et il tente de se servir des médias et du public pour mousser sa candidature. »

L'élection municipale aura lieu le 16 octobre prochain.

Pour le moment, 16 autres candidats sont en lice, en plus de Steve Stone.

Plus d'articles

Commentaires