Retour

Un conseiller municipal de Saint-Pascal démissionne pour éviter de possibles conflits d'intérêts

M. Beaulieu a toujours un lien avec le concessionnaire automobile Olivier Kamouraska Chrysler avec qui la Ville fait affaire.

Un texte de Patrick Bergeron

Propriétaire de cette entreprise pendant de nombreuses années, Daniel Beaulieu a vendu son commerce il y a un an et demi.

Lors de cette transaction, Daniel Beaulieu a accepté qu'une clause du contrat de vente stipule qu'il ne peut pas vendre de voitures pendant trois ans dans la région. S'il respecte cette clause, le dernier versement pour la vente de son entreprise lui sera remis.

Au sens de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, le conseiller municipal démissionnaire est donc toujours lié à l'entreprise avec qui la Ville a de nombreux contrats.

Pour permettre à la Ville et au concessionnaire automobile de poursuivre le lien d'affaires, le conseiller municipal à préférer démissionner de son poste. Daniel Beaulieu confirme avoir appris il y a quelques semaines que cette clause pouvait entraîner un conflit d'intérêts potentiel.

Une loi stricte

Le maire de Saint-Pascal, Rénald Bernier, se dit déçu de voir le conseiller partir. Il dit comprendre que la loi sur les élections et les référendums dans les municipalités soit très stricte. Du même souffle, il admet que Daniel Beaulieu a été victime des abus que certains élus ont pu faire dans le passé.

Daniel Beaulieu dit ne pas avoir de plan quand à son avenir politique. Il verra dans trois ans s'il a encore un intérêt pour la politique municipale.

Plus d'articles