Les derniers mois n'ont pas été de tout repos pour Brad Wall et son cabinet. À la suite de nombreuses démissions, davantage de Saskatchewanais voteraient pour un gouvernement provincial néo-démocrate, si des élections se tenaient lundi.

Un texte de Patrick Foucault

C'est ce que révèle un récent sondage Mainstreet/Postmedia. Selon la firme, la promesse de changements transformationnels du gouvernement laisse bien des électeurs perplexes, notamment à Regina.

Dans la capitale, le Nouveau Parti démocratique (NPD) est en avance de 13 %. À Saskatoon, le Parti saskatchewanais demeure en avance de 6 %.

Dans la province, le NPD a également augmenté de 5 % chez les électeurs indécis.

Selon Mainstreet, les changements transformationnels promis par le gouvernement ne sont pas clairs et les électeurs appréhendent le pire.

Toutefois, si le parti au pouvoir prend du recul, la popularité du premier ministre Brad Wall, elle, demeure inchangée.

Rien d'inquiétant pour Wall, croit un expert

Un observateur de la scène politique reconnaît que ce sondage démontre une incertitude de la population, mais ajoute qu'« une hirondelle ne fait pas le printemps. Un sondage ne fait pas le succès d'un gouvernement ni sa faillite. »

Stephen Kenny affirme que si la comparaison était faite entre la situation de Brad Wall et celle d'autres premiers ministres provinciaux, les autres gouvernements seraient tout de même satisfaits avec les résultats du Parti saskatchewanais.

M. Kenny croit que des enjeux comme le déversement de pétrole dans la rivière Saskatchewan Nord et les accusations de conduites avec les facultés affaiblies contre l'ancien vice-premier ministre Don McMorris ont joué en faveur du Nouveau Parti démocratique dans ce sondage.

Plus d'articles

Commentaires