Retour

Un homme condamné pour trafic de drogue se présente comme chef de bande en Saskatchewan

Alors que la Première Nation de Key, en Saskatchewan, s'apprête à aller aux urnes le 11 juin, un homme condamné pour possession et trafic de stupéfiants se présente pour devenir chef du conseil de bande.

Cette élection se déroule alors que la précédente, qui a eu lieu en 2016, a été annulée par le juge fédéral Robert Barnes, qui a découvert qu'elle avait été truquée, notamment par l’achat de vote.

Clarence Papequash, qui se présente à l'élection du 11 juin, avait été arrêté en 2017 en possession de codéine, alors qu'il était déjà membre du conseil de bande. Il avait alors plaidé coupable devant la Cour. Il est sorti de prison en décembre 2017.

Interrogé sur sa volonté de présenter lors de la nouvelle élection, l’ancien condamné affirme qu’il « [...] ne pense pas que cela soit un problème ».

Ce n'est pas la première fois que M. Papequash a des démêlés avec la justice. En 2014, alors qu'il était chef du conseil de bande, il avait dû renoncer à son poste après avoir reçu une peine de six mois avec sursis, pour avoir vendu un comprimé de morphine à un employé de la GRC.

Le sexagénaire souligne qu’il « n’est pas précisé dans la Loi qu’il ne peut pas se présenter ».

Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) confirme qu’il n’est pas interdit aux personnes avec un dossier criminel ou des accusations en cours de se présenter à une telle élection.

Les anciens membres du conseil autorisés à se présenter

Angela Desjarlais et Sidney Keshane, deux conseillers élus en 2016, lors de l'élection truquée, se présentent encore cette année. Les résidents de Key ont indiqué que l’ancien chef élu la même année, Rodney Brass, a, lui, choisi de se retirer de la course.

M. Papequash était parmi les personnes qui ont fait appel auprès de la cour fédérale. Il se dit contrarié et trouve qu’il est injuste que ces personnes soient autorisées à se présenter.

Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) explique que la Loi sur les élections au sein de premières nations prévoit une période d’inéligibilité de cinq ans pour toute personne reconnue coupable d’avoir acheté des votes.

Dans une déclaration par courriel, l’ANCC a rappelé que « malgré l’annulation de l’élection, personne n’a été accusé ni reconnu coupable d’infraction de la Loi sur les élections au sein de la Première Nation de Key. Par conséquent, personne n’a l'interdiction de se présenter à l’élection à venir ».

En plus de M. Papequash, les autres candidats à l'élection du conseil de bande sont Carey O'Soup et Eleanore Brass-Brazeau.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine