Retour

Un lac albertain s’immisce dans la campagne électorale britanno-colombienne

Quelques jours après le lancement de la campagne des élections provinciales de la Colombie-Britannique, le diable est déjà dans les détails. Un citoyen a remarqué qu'une publicité télévisée du Parti libéral montrant la première ministre sortante Christy Clark vantant les vertus de son parti présentait des images d'un lac... albertain.

Il n'a pas fallu longtemps à Otto Langer, le téléspectateur perspicace, pour s'apercevoir que le lac présenté dans la publicité des libéraux ressemblait beaucoup au lac Peyto, situé le long de la Promenade des Glaciers dans le parc national de Banff en Alberta.

« Ce n'est pas une photo prise en Colombie-Britannique. C'est le lac Peyto en Alberta », a-t-il fait remarquer dans un courriel envoyé à CBC après la diffusion de la publicité où le lac en question apparaît durant cinq secondes alors que Christy Clark parle de budget.

Le lac Peyto a trois pointes bien distinctives à son extrémité nord qui sont clairement visibles dans la publicité des libéraux britanno-colombiens.

Un porte-parole du Parti libéral, Emile Scheffel, a déclaré qu'un vidéaste de Vancouver avait produit la vidéo.

« Sur les 16 séquences vidéo utilisées dans la publicité, 14 sont originales et deux viennent de banque d’images, y compris celle-ci. Ces images avaient été identifiées par le fournisseur comme venant de la Colombie-Britannique », a-t-il justifié.

Ne pas laisser la campagne de C.-B. déborder en Alberta

L'affaire qui amuse bon nombre d'internautes a rapidement traversé Les Rocheuses. Mais la première ministre de l'Alberta Rachel Notley, de son côté, a demandé cette semaine aux membres de son caucus de rester en dehors des débats politiques de la province voisine. Elle souhaite notamment qu'ils ne fassent pas campagne pour leurs homologues du Nouveau parti démocratique en Colombie-Britannique pendant l’élection provinciale.

Les néo-démocrates britanno-colombiens s’opposent à l’expansion du pipeline de TransMountain de Kinder Morgan, qui va de l’Alberta aux côtes de la Colombie-Britannique.

Même s’il est courant pour les membres de différentes ailes provinciales d'un même parti de s’entraider durant les campagnes électorales provinciales, Rachel Notley dit que dans ce cas, il serait difficile pour quiconque travaille pour son gouvernement de soutenir les candidats qui s'opposent à un projet si crucial pour l'Alberta.

« Nous voyons ce projet comme étant essentiel à notre prospérité économique et à la croissance de cette province. C'est notre message et j'espère que les gens le suivront » a-t-elle déclaré jeudi.

Les détracteurs du projet disent que le pipeline signifierait l'augmentation du trafic de pétrole au large de la côte ouest de la Colombie-Britannique et des émissions de gaz à effet de serre. Ils craignent également des déversements.

Le chef des néo-démocrates de la Colombie-Britannique, John Horgan a répondu cette semaine qu’il avait suffisamment de personnel et de bénévoles pour organiser sa campagne, même sans l’aide des membres du caucus de Rachel Notley.

« Mme Notley dirige un gouvernement et je la laisse prendre ses décisions », a déclaré John Horgan. « Notre campagne est complète. Nous avons des ressources dans tous les coins de la province. Je suis ravi de l'équipe que nous avons » a-t-il ajouté.

Les libéraux de la Colombie-Britannique soutiennent l’expansion du pipeline de TransMountain, qui a obtenu l’approbation du gouvernement Trudeau. Le gouvernement de Christy Clark a d'ailleurs approuvé le projet en janvier dernier, deux mois après Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires