Retour

Un Madelinot au Parlement étudiant : « C’est comme un grandeur nature! »

Le Madelinot Clovis Roussy finissant de l'École du Barreau du Québec, ressort gonflé d'enthousiasme à la suite de sa troisième participation au Parlement étudiant.

Un texte de Brigitte Dubé

Pour lui, le fait de s’immiscer dans la peau de politiciens est aussi grisant que de participer à un jeu de rôles de type grandeur nature, où l’action se passe au Moyen-Âge.

On entre dans un monde fictif, mais qui fonctionne à un tel degré de réalisme qu’on en perd presque la carte à certains moments.

Clovis Roussy, leader parlementaire des Bleus

« L’immersion est absolument totale! Les émotions sont à fleur de peau et il arrive qu’il y ait des conflits, admet-il. La chicane fait partie de la game, mais on essaie de garder ça à des niveaux raisonnables. »

Ainsi, 120 participants âgés de 18 à 25 ans, répartis également entre le caucus des Rouges et celui des Bleus, simulent les travaux parlementaires en suivant le processus législatif réel, étape par étape.

Âgé de 24 ans, Clovis Roussy est originaire des îles de la Madeleine, mais il a grandi près de Percé. Il a étudié au Cégep de Gaspé. Il vient de terminer sa formation à l’École du Barreau du Québec. La première année, il a fait partie du caucus des journalistes, la deuxième, il était membre du caucus des Bleus et cette année, il était leader parlementaire du parti des Bleus.

C’est beaucoup de stress d’être leader parlementaire. Il faut rester attentif à chaque mot prononcé pendant de longues heures et bien connaître le règlement. C’est un travail très important, mais tellement trippant!

Clovis Roussy, leader parlementaire des Bleus

« On fait marcher la machine avec le président de l’Assemblée, précise-t-il. On doit surveiller les accrocs au règlement. »

Pas le temps de dormir, ou presque

Les activités du Parlement étudiant s’échelonnent sur cinq jours à raison de 18, 19 heures par jour. Il faut être passionné pour sacrifier une partie des vacances des Fêtes.

On passe nos journées à l’Assemblée nationale et nos nuits entières à rédiger nos discours qui doivent être corrigés et imprimés pour le lendemain. On ne dort pas beaucoup!

Clovis Roussy, leader parlementaire des Bleus

« C’est très intense, ajoute-t-il. Il peut avoir des crises fictives, ce qui entraîne la tenue de conférences de presse en soirée, quand ce ne sont pas des commissions parlementaires. Avec ces journées de fou, il se crée des liens très forts. »

Le Madelinot dit aimer avant tout le « trip de gang », surtout des passionnés de droit et de politique, mais qui ne veulent pas nécessairement devenir politiciens.

Comme la majorité y participe deux ou trois années, il y a une très grande continuité, une stabilité dans les partis. Il y a des traditions, des histoires qui se transmettent de génération en génération.

Clovis Roussy, leader parlementaire des Bleus

Le leader parlementaire des Bleus mentionne qu’il y a un doyen dans leur groupe qui a fait plus de 20 simulations, même à l’étranger.

Participer au Parlement étudiant exige énormément de préparation. « L’opposition est tellement féroce!, constate-t-il. Si tu présentes un projet de loi qui n’est pas impeccable, tu vas te faire démolir. Ça m’est déjà arrivé. »

La préparation pour le Parlement 2017 est déjà commencée. Les chefs de partis sont déjà élus.

Plus d'articles

Commentaires