Retour

Un parti trop « prudent », conclut le rapport du NPD sur sa défaite électorale 

Le parti du « changement prudent ». Voilà comment certains membres du Nouveau Parti démocrate (NPD) décrivent la vision qu'avaient les Canadiens de leur formation politique pendant la dernière campagne électorale, révèle un rapport sur la campagne électorale 2015 réalisé par le parti et rendu public jeudi. 

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

C'est entre autres la décision de promettre l'équilibre budgétaire qui aurait dépeint le NPD comme étant celui de ce « changement prudent ». Le rapport sur lequel ont travaillé dix membres du parti, dont un ancien député et la présidente, avance qu'en promettant des déficits, les libéraux de Justin Trudeau se sont davantage démarqués des troupes de Stephen Harper.

Il y a aussi eu la question du niqab. On peut lire dans le rapport que la campagne néo-démocrate « n'était pas suffisamment bien préparée pour le débat sur le niqab ». L'intensité du débat sur cette question semble avoir surpris le NPD, qui « n'avait pas de plan pour ramener la couverture médiatique » sur son programme électoral.

Le rapport remet aussi en question la manière dont Thomas Mulcair a participé aux débats pendant la campagne.

Une recommandation pour développer les organisations régionales

Certains directeurs de campagne locale ont mentionné au comité qui s'est penché sur la défaite que « les rapports du terrain n'avaient aucun effet sur la prise de décisions stratégiques de la campagne centrale ». Un constat qui fait écho à ce que certains anciens députés défaits le 19 octobre ont avancé ces derniers mois.

Le rapport émet plusieurs recommandations qui visent à planifier la campagne électorale de 2019 dès maintenant. On suggère par exemple d'élaborer une stratégie sur mesure pour le Québec et d'investir dans le développement des organisateurs régionaux.

Congrès sous peu

Les membres du NPD auront l'occasion de revenir sur la défaite de leur parti en octobre la semaine prochaine lors de leur congrès à Edmonton, où ils se prononceront également sur l'avenir de Thomas Mulcair à la tête du parti.

Les membres devront exprimer leur désir de voir une course à la direction être lancée ou non. Le taux d'approbation de 70 % pour que le chef demeure est revenu dans les consultations menées par le parti depuis la défaite. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine