Même si depuis 2001 les municipalités doivent se doter d'un plan d'évacuation en cas de sinistre, il existe encore au Québec de petites municipalités qui ont passé outre à l'obligation. C'était le cas à Cap-Chat. Ce sera chose faite en 2018.

Un texte de Joane Bérubé

Que fait-on quand l’hôtel de ville est fermé, que les routes sont impraticables, mais que l’on doit tout de même lancer un avis à ses citoyens?

C’est la question à laquelle a dû répondre vendredi dernier la nouvelle mairesse de Cap-Chat, Marie Gratton.

Il ne s’agissait pas vraiment d’une urgence, mais du report de la cueillette des déchets. La nouvelle mairesse a utilisé sa page Facebook créée pour sa campagne électorale. Elle a rejoint 1350 personnes et lundi matin, tous les bacs ou presque étaient au chemin pour la cueillette.

Ainsi la tempête n’aura pas laissé que 60 centimètres de neige à Cap-Chat, mais aussi une petite leçon de communication et un avant-goût de ce que la municipalité devra mettre en place en cas de sinistre majeur.

Plus que les réseaux sociaux

La page Facebook restera, mais il faudra trouver quelque chose de plus efficace. « On a ici à Cap-Chat des gens qui ne sont pas sur Facebook, qui ne sont pas sur Internet et ce droit leur appartient », souligne la mairesse pour qui la communication avec les citoyens demeure une priorité, encore plus en cas d’urgence ou de catastrophe.

Tempête, vagues déferlantes, crues des eaux, ouragans, incendies, les catastrophes font toujours mal. Encore plus si on n’y est pas préparé.

Une des préoccupations de Marie Gratton est donc d’associer la population à divers éléments du plan d’urgence.

« On veut, indique Mme Gratton, mettre à profit et faire collaborer les organismes de la municipalité comme le Carrefour des 50 ans et plus, la Fabrique, la commission scolaire. On va avoir besoin d’endroit pour des refuges si c’est nécessaire, on va avoir besoin de cuisine. »

Le 26 janvier prochain, la municipalité, la Sécurité civile, les pompiers, le ministère des Transports, la MRC et divers autres intervenants se réuniront pour entamer le processus.

Du café et du chocolat chaud plutôt que du vin

En attendant, les citoyens n’ont pas eu droit, lundi soir, au traditionnel vin d’honneur qui venait clore depuis de nombreuses années la première séance de l’année du conseil municipal.

Changement d’administration, renouvellement de la tradition, commente Marie Gratton.

Le nouveau conseil municipal invite les citoyens à venir rencontrer les élus pour les vœux de Nouvel An, en après-midi, le 2 février prochain autour d’un café ou d’un chocolat.

Plus d'articles