Retour

Un référendum sur le rôle du Bloc québécois pour sortir de la crise

Le bureau national du Bloc québécois a annoncé la tenue d'un référendum auprès de ses militants sur le sens de sa mission à Ottawa, dans l'espoir de faire baisser la pression au sein du parti. Il a aussi été décidé d'avancer le conseil général d'un mois pour préparer l'échéance. Pour les sept députés démissionnaires, en choisissant cette voie, Martine Ouellet nie les problèmes de leadership qui ont entraîné leur départ.

« La mission du Bloc québécois est depuis une semaine au cœur des débats […]. Ce sont les membres qui doivent répondre à cette question-là », a déclaré Martine Ouellet, la chef du parti indépendantiste secoué par la défection de sept des dix députés de son caucus, la semaine dernière.

Selon elle, c’est la question du rôle du Bloc québécois qui est au cœur de la crise, non son mode de gestion.

Dans son plan d’action en trois étapes, le bureau national a en premier lieu annoncé l’organisation d’un référendum qui portera sur le rôle du Bloc québécois à Ottawa et à Québec, sur lequel deux visions s’opposent aujourd’hui.

Ceux qui souhaitent que le Bloc soit le véhicule de la promotion de l’indépendance sur toutes les tribunes et ceux qui veulent que le parti soit la voix du Québec à Ottawa. Deux idéologies « indissociables pour la défense des intérêts du Québec », a dit Martine Ouellet.

Face aux critiques sur sa personnalité autoritaire et son incapacité présumée à rassembler, Martine Ouellet a souhaité insister aujourd’hui sur l’aspect démocratique du référendum, « le meilleur outil pour consulter les membres ».

Selon la chef du Bloc, le parti compterait environ 20 000 membres.

Avancer le conseil général en vue du référendum

Deuxième action du plan pour endiguer la crise, le bureau national a prévu d'avancer la tenue du conseil général à la mi-avril, soit un mois plus tôt que la date initialement choisie.

Ce conseil général servira à activer la consultation avec les délégués en vue du référendum, dont les « modalités doivent être déterminées samedi » a annoncé Kédina Fleury-Samson, la vice-présidente du parti.

Une médiation avec les députés démissionnaires

La troisième action annoncée par le bureau national est d’aller de l’avant en proposant une médiation avec les sept députés dissidents.

Or, pour ces derniers, l'organisation de ce référendum est l'arbre qui cache la forêt.

« Depuis plus d’une semaine, il nous apparaît clair que madame Ouellet est dans le déni, rejette du revers de la main toute remise en question de son leadership et tente de nous discréditer en remettant en question nos convictions indépendantistes », affirme le groupe des sept députés démissionnaires dans un communiqué.

Martine Ouellet a également annoncé le maintien en 2019 du vote de confiance prévu.

« J’ai déjà dit que je ne démissionnerai pas, je n’abandonnerai pas, je ne baisserai pas les bras », a martelé la chef du Bloc québécois.

Déjà soutenue par le bureau national, Martine Ouellet a reçu mercredi soir l’appui de 30 présidents de circonscriptions et de région du Bloc québécois.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité