Retour

Un texte datant de 2011 revient hanter Couillard

Le chef de l'opposition officielle à Québec, Jean-François Lisée, reproche au premier ministre d'avoir fourni « de la lecture de chevet » à Justin Trudeau, se référant ainsi à un écrit de Philippe Couillard datant de cinq ans et dans lequel il recommandait au fédéral de « s'appuyer sur son pouvoir de dépenser » pour rendre les provinces redevables en matière de santé.

Un texte d'Anne Marie Lecomte

Cette affaire survient alors que les provinces poursuivent de laborieuses négociations avec Ottawa pour que la hausse des transferts en santé soit maintenue à 6 % par année. Le gouvernement Trudeau veut plutôt l'établir à 3 %, comme le proposaient les conservateurs auparavant, et ce, à compter d'avril 2017.

Alors au service du groupe Secor, Philippe Couillard avait rédigé cette analyse en 2011 pour l'Institut de recherche du Canada 2020. Il y écrivait notamment que le prochain accord en santé du gouvernement canadien avec les provinces « pourrait être un formidable levier de changement ».

« C'est un très bon texte, je l'ai relu hier soir » - Philippe Couillard

Dans sa réponse au chef de l'opposition officielle, durant la période de questions à l'Assemblée nationale, jeudi matin, Philippe Couillard a dit qu'encore aujourd'hui il considère ce texte comme un « bon texte ».

Il n'y a « rien dans ce document qui va contrarier notre objectif d'avoir une entente avec le fédéral qui sera réalisée », a assuré le premier ministre.

M. Couillard se dit convaincu que cette entente éventuelle ne sera pas assortie de conditions de la part d'Ottawa et qu'elle respectera « le principe d'asymétrie », soit le respect des prérogatives du Québec. 

« L'imputabilité dont je parlais dans le document est au niveau du Québec, ici dans le Salon bleu, a précisé M. Couillard. Des Québécois envers les Québécois. »

En rupture avec le passé libéral, Philippe Couillard?

Mais Jean-François Lisée a répliqué qu'il était « extrêmement grave » que l'ancien ministre de la Santé qu'a été M. Couillard ait écrit que « le fédéral doit utiliser son pouvoir de dépenser pour poser des conditions dans ses transferts en santé ».

« En disant ça, a dénoncé Jean-François Lisée, le premier ministre est en rupture avec tout ce que les premiers ministres libéraux du Québec ont défendu pendant des années. »

Le chef de l'opposition poursuit en rappelant que le ministre de la Santé de M. Couillard, Gaétan Barrette, « est aux abois » et parle de « décapitation » à la perspective que le Québec perde l'équivalent d'un milliard de dollars en transferts en santé, si le fédéral reste sur ses positions.

Et Jean-François Lisée de citer de nouveau le texte écrit en 2011 par M. Couillard : ce dernier disait à Ottawa que ce serait « une occasion ratée de maintenir [les transferts en santé à] 6 % ».

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a critiqué lui aussi cette idée « d'occasion ratée » que mentionnait M. Couillard dans son texte de 2011.

« La hausse du financement en santé devrait être liée à des progrès substantiels dans le rendement par les provinces », écrivait alors M. Couillard. Ce qui a fait dire à M. Legault que « jamais un premier ministre du Québec n'avait été aussi soumis face à la vision du gouvernement fédéral ».

« Quand le premier ministre va-t-il enfin défendre les intérêts de la nation québécoise? », s'est insurgé le chef de la CAQ.

Une entente prolongée de deux ans

C'est en 2004 que le gouvernement fédéral de Paul Martin était parvenu, non sans peine, à conclure une entente de dix ans avec les provinces sur les paiements de transfert en santé.

Prolongée de deux ans, cette entente doit maintenant être renégociée. Or, les besoins sont pressants. Car, comme l'affirmait à la mi-octobre le ministre québécois Gaétan Barrette, la population vieillit et il faut développer des services de maintien à domicile et de meilleurs soins en santé mentale.

En campagne électorale, les troupes de Justin Trudeau avaient promis de « négocier un nouvel accord sur la santé », incluant « une entente de financement à long terme ».

La ministre de la Santé du Canada, Jane Philpott est déterminée à limiter la hausse des transferts fédéraux en santé qui s'élèvent annuellement à 36 milliards de dollars. Et elle presse aussi les provinces à « collaborer » avec Ottawa, sans toutefois aller jusqu'à dire qu'elle imposera des conditions pour l'octroi de ces fonds.

« Un coup très dur »

Le ministre de la Santé de l'Ontario, Eric Hoskins, qualifie la position du fédéral de « coup très dur » porté aux provinces.

Environ 20 % des dépenses en santé au pays sont assumées par le gouvernement canadien, selon M. Hoskins, qui déplore que cette proportion diminue.

Les provinces comptent maintenant sur le premier ministre Justin Trudeau pour sortir de cette impasse.

Plus d'articles