Retour

Un trou mémorable en 2016 au coeur d'Ottawa

Bien des choses ont jalonné l'actualité au cours de la dernière année à Ottawa. Mais ce qui a marqué le plus l'imaginaire, c'est cet immense trou qui s'est formé début juin en plein centre-ville, rue Rideau. Rarement une nouvelle a fait autant réagir, autant ici qu'ailleurs.

Un texte de Stéphane Leclerc

Cet affaissement spectaculaire a créé toute une commotion. Les images ont fait le tour du monde, notamment celles montrant cette camionnette du serrurier engloutie dans le trou, rempli d'une eau brunâtre.

Le « cratère » ainsi créé le 8 juin dernier s'étendait sur 3 voies de largeur et 5 mètres de profondeur.

L'incident a été particulièrement important à cause des répercussions sur la vie de milliers de travailleurs et de citoyens, de même que de dizaines de commerçants.

Important aussi, parce que ce trou est peut-être lié aux travaux souterrains du tunnel du train léger, le mégaprojet de la Ville d'Ottawa.

Absent du bilan de l'année des politiciens

Nous avons demandé au maire Jim Watson et au conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury - où était situé le trou - quels événements, de leur point de vue, avaient marqué 2016 :

Les deux politiciens semblent avoir un trou de mémoire! Aucun ne parle de l'affaissement de la rue Rideau...

Les deux reconnaissent cependant qu'il s'agit d'un évènement majeur, mais son absence dans leurs choix peut montrer que c'est un sujet sensible.

Un tel affaissement aurait pu en effet avoir des conséquences graves, sans parler de l'effet sur la confiance du public dans le projet du train léger. Il s'agit donc d'une mauvaise nouvelle, qu'ils évitent de souligner à grands traits... politiquement parlant.

Les internautes ont quant à eux été très nombreux à vouloir s'informer lors de l'incident. À preuve : ce fut la troisième nouvelle la plus consultée de l'année sur le site Internet de Radio-Canada Ottawa-Gatineau.

Les effets sur les commerçants de la rue Rideau

Les marchands qui ont pignon rue Rideau ont subi toutes sortes de désagréments et surtout des baisses d'achalandage et de revenus.

Il n'y a pas eu de circulation d'autobus, de taxi, d'automobiles sur cette artère pendant près de trois mois.

Certains ont dû fermer leurs portes durant quelques semaines, faute d'eau potable et de services Internet. De plus, les barricades le long des trottoirs donnaient l'impression que les commerces étaient difficiles d'accès.

Au bout du compte, la Ville d'Ottawa a fait l'objet de 31 demandes d'indemnisations de la part de commerçants et de propriétaires de la rue Rideau.

Le montant total demeure inconnu pour l'instant, car il ne s'agit pas encore de poursuites formelles contre la Municipalité.

Des liens avec le projet du train léger

L'incident n'est pas arrivé sur un chemin de campagne, à Carp ou à Navan par exemple, mais bien sur l'une des artères les plus importantes du centre-ville.

Le trou pourrait être lié aux travaux d'excavation du tunnel, situé tout juste en dessous.

Il ne restait que 50 mètres à creuser lors de l'affaissement sur les 2,5 km du tunnel. Il n'en resterait que 10 mètres à ce jour.

Le tunnel devrait être complètement excavé vers la fin février, selon la Ville.

Pas encore de rapport sur la cause

Est-ce que ce sont les travaux qui sont à l'origine de l'affaissement? Ou est-ce une conduite d'eau de la Ville qui s'est brisée?

Le rapport d'experts embauchés par la Municipalité pour analyser les causes est terminé, mais il ne sera pas rendu public, sauf pour consultation par les élus municipaux.

Cependant, le greffier municipal et chef du contentieux de la Ville a émis une note de service de quelques pages le 22 décembre dernier, dans laquelle il énonçait clairement ce qui suit, basé sur les conclusions des experts consultés :

« Les experts techniques externes de la Ville n'ont pu trouver de cause unique à cet événement, mais - en se fondant sur l'analyse de toutes les preuves disponibles - ils ont tout lieu de croire que l'effondrement de la chaussée n'a pas été précipité par une défaillance de l'infrastructure de la Ville », écrit Rick O'Connor.

La même note indique aussi que la Municipalité a dépensé 1,5 million de dollars pour tous les coûts associés à l'affaissement.

Le constructeur Rideau Transit Group (RTG) n'aurait cependant pas la même vision des choses.

Il n'a pas voulu commenter ces conclusions, mais selon le conseiller Mathieu Fleury, RTG estime que c'est le bris d'une conduite d'eau municipale - et non ses propres travaux d'excavation - qui aurait causé le trou.

Le consortium évalue ses coûts, selon le conseiller, à 8,5 millions de dollars.

Les répercussions sur l'échéancier du train léger

Les effets sur le projet de train léger dans son ensemble devraient être limités, promettent les politiciens et RTG. Exception faite de la construction de la station Rideau pour laquelle il y a aura des délais supplémentaires.

Il pourrait par ailleurs y avoir encore des travaux de surface sur la rue Rideau, le 1er juillet prochain, jour du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Autre élément à ne pas négliger : la phase 2 du train léger. La Ville devra lancer un appel d'offres.

On peut dire, sans trop se tromper, que le constructeur actuel (RTG) pourrait avoir une longueur d'avance sur d'éventuels concurrents.

Mais qui sait si un enjeu comme la « responsabilité du trou » ne laisserait pas un goût amer aux « bonnes relations » entre les partenaires...

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine