Retour

Une campagne publicitaire offensive contre le gouvernement Pallister

Le plus important syndicat du Manitoba s'attaque au premier ministre Brian Pallister dans une nouvelle campagne de publicité négative pour avoir « brisé sa promesse électorale de protéger les travailleurs de première ligne ».

La campagne financée par le Syndicat des employés du gouvernement du Manitoba (MGEU), qui débute lundi, se sert d’un extrait audio d’une déclaration faite par le premier ministre Pallister à l’Assemblée législative, le 18 mai 2016.

« Au lieu d’adopter les tactiques alarmistes des députés de l’opposition, nous proposons de protéger les services nécessaires à nos citoyens les plus vulnérables. En fait, nous avons fait campagne sur la protection des services de première ligne et de ceux qui les offrent, et c’est ce que nous allons faire comme gouvernement », a affirmé le premier ministre, selon le journal des débats à l’Assemblée.

La publicité enchaîne avec des accusations contre le « nouveau Brian Pallister » qui diminue les services et ordonne la réduction de l’effectif qui les offre.

Des compressions qui font peur

La présidente du MGEU, Michelle Gawronsky, explique que les actions récentes de M. Pallister, dont la fermeture d’une clinique express de soins de santé dans le quartier de Saint-Boniface, à Winnipeg, ainsi que l’annulation de la construction d’un foyer de soins personnels de 32 millions de dollars à Lac-du-Bonnet, vont à l’encontre de ses déclarations précédentes et redéfinissent le ton de son mandat.

En outre, le gouvernement progressiste-conservateur a résilié d’autres projets portés par l'ancien gouvernement néo-démocrate de Greg Selinger dans le secteur des soins de la santé, notamment ceux d'une clinique de consultation à Thompson annoncée en 2013, une clinique de soins rapides à Saint-Vital, à Winnipeg, annoncée en 2015, ainsi que de nouveaux locaux pour Cancer Care Manitoba coûtant 300 millions de dollars, annoncés au début 2016.

« Pour moi, cela ressemble beaucoup à l’élimination des services. Ce sont des services qui n’existeront pas ou qui n’existeront plus », souligne Mme Gawronsky.

Il avait promis d’investir dans les services publics, mais on n’entend plus parler de ça.

Michelle Gawronsky, présidente du MGEU

La présidente du syndicat confie également que les employés du gouvernement craignent la suppression d’encore plus de postes dans le prochain budget provincial, qui sera déposé à la fin mars ou au début avril.

Une porte-parole de la province indique que le gouvernement progressiste-conservateur se concentre sur « la voie du rétablissement » du Manitoba et se sert d’une série de « réformes nécessaires » qui permettront de mieux protéger les travailleurs de première ligne, d’améliorer la sécurité de l’emploi et de réduire les impôts des contribuables.

Avec des informations de Laura Glowacki (CBC News)

Plus d'articles