Retour

Une candidate libérale accusée d’infractions à la Loi électorale du Yukon

La candidate libérale déchue Tamara Goeppel est accusée de trois infractions à la Loi électorale du Yukon afin d'obtenir des votes par procuration.

Dans un communiqué de presse publié jeudi, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de Whitehorse a dévoilé les résultats de son enquête sur l’affaire du recours au vote par procuration pendant la campagne électorale de 2016.

La GRC confirme les trois chefs d’accusation déposés à l’encontre de Mme Goeppel. L'ancienne candidate fait notamment face à deux chefs d’accusation pour avoir aidé et encouragé des personnes à déposer des demandes de procuration contrairement aux dispositions de l’article 106 de la Loi électorale.

Selon les termes du troisième chef d’accusation, Mme Goeppel aurait encouragé des personnes à faire de fausses déclarations relatives à des demandes de vote par procuration, en les incitant à dire qu’elles ne seraient pas présentes au Yukon au moment du vote.

Les faits remontent à novembre 2016. À l’époque, la GRC du Yukon avait reçu une lettre de la directrice générale des élections qui faisait état d’infractions potentielles dans la circonscription de Whitehorse Centre. Une enquête avait par conséquent été lancée.

Mme Goeppel doit comparaître devant la Cour territoriale du Yukon le 28 février.

Plus d'articles