Retour

Une coalition demande de maintenir la vocation hospitalière de l'Hôtel-Dieu

Les temps d'attente dans les urgences du Québec seraient les pires du monde occidental. Une coalition pour sauver l'Hôtel-Dieu de Montréal estime que la situation s'aggravera si l'on ferme cet établissement de santé pour le transférer au nouveau CHUM.

Un texte de Michel Marsolais

Le récent rapport du commissaire à la santé et au bien-être a de quoi donner de nouvelles munitions à ceux qui s'opposent à la fermeture de l'Hôtel-Dieu de Montréal.

« En plein dans le moment où on s'aperçoit qu'on a de la difficulté à traiter nos patients qui se présentent à l'urgence, le ministre de la Santé voudrait nous convaincre que ce dont on a besoin, c'est de fermer une urgence parmi les plus importantes », clame Amir Khadir de Québec solidaire.

« Il y a toute une vocation hospitalière qui est fondamentale à Montréal et pour laquelle on a investi ces dernières années 50 millions de dollars », mentionne pour sa part le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.

Il est prévu que l'Hôtel-Dieu déménage vers le nouveau CHUM. Mais ce dernier compterait 41 places de moins en urgence, selon la coalition.

Avec la construction des deux nouveaux hôpitaux universitaires, l'Hôtel-Dieu tout comme l'Hôpital Royal Victoria sont jugés excédentaires.

Si aucune décision définitive n'a été prise à propos de l'utilisation future du site de l'Hôtel-Dieu, le ministre Gaétan Barrette ferme la porte à la demande de la coalition.

« Il y a une chose qui n'arrivera pas : ce ne sera pas un hôpital. Il peut y avoir et il devrait y avoir une superclinique pour s'occuper la clientèle qui allait dans cette urgence. Pour les autres qui requièrent une hospitalisation, ce sera le nouveau CHUM », tranche le ministre de la Santé.

Logements sociaux

La coalition Sauvons l'Hôtel-Dieu de Montréal souhaiterait également qu'il y ait sur les lieux des logements sociaux pour les personnes dans le besoin.

« Tout le monde sait que des logements sur le Plateau, il y en a de moins en moins. L'Hôtel-Dieu est un endroit idéal pour faire des logements sociaux, des coopératives d'habitation qui pourraient être faites dans les stationnements extérieurs », explique Richard Dubois du Comité logement du Plateau Mont-Royal.

Il suggère aussi que le pavillon Le Royer puisse accueillir des organismes comme Le Chaînon ou d'autres qui offrent de l'hébergement aux sans-abri.

L'opposition à la fermeture de l'Hôtel-Dieu dure depuis deux ans. Pour l'instant, la seule certitude, c'est que l'endroit ne servira pas à du développement immobilier privé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine