Retour

Une journée dans la campagne de la candidate du NPD Myriam Beaulieu

La candidate du Nouveau Parti démocratique (NPD) Myriam Beaulieu parcourt chaque jour beaucoup de kilomètres dans la vaste circonscription de Richmond-Arthabaska, un milieu principalement rural situé entre Drummondville et Sherbrooke, qui a failli devenir « orange » en 2011. Le siège de député était occupé depuis 2004 par le bloquiste André Bellavance, devenu indépendant en 2014.

Un texte de Myriam Fimbry à Désautels le dimanche

Myriam Beaulieu ne sera pas une candidate invisible, comme celle qui s'est présentée en 2011, lorsque le NPD a failli l'emporter sans même faire campagne dans la région. Son visage encadré de cheveux longs, sur les pancartes orange le long de la route 116, commence à devenir familier. Cet été, elle était de quasiment toutes les fêtes de villages de la circonscription, qui compte 39 municipalités.

Née à Melbourne, près de Richmond, dans les Cantons de l'Est, elle a grandi dans la ferme familiale, une ferme aujourd'hui maraîchère spécialisée dans l'ail. Après un bac en droit à l'Université de Sherbrooke et des études en gestion d'entreprise et agriculture biologique à l'Université Laval, elle se prépare à reprendre la ferme de ses parents. Elle a été aussi journaliste pigiste dans les publications locales, ce qui lui a permis entre autres de rencontrer des entrepreneurs locaux.

À 28 ans, elle a décidé de se lancer en politique, animée par une urgence d'agir. Depuis 10 ans, les politiques du gouvernement fédéral heurtent de plein fouet ses valeurs d'équité, de partage, de justice sociale et de développement durable. Déjà impliquée dans le NPD depuis trois ans, elle veut contribuer cette année à déloger les conservateurs. 

Myriam Beaulieu affronte Marc Desmarais (PLC), Olivier Nolin (BQ) et Alain Rayes (PCC). Son principal adversaire est le maire de Victoriaville, une municipalité de 45 000 habitants. Alain Rayes est une personnalité locale appréciée. « Il n'a pas choisi le bon parti », glisse Myriam Beaulieu, qui prend toutefois l'adversaire très au sérieux. Comme la population de Victoriaville représente 40 % des électeurs de la circonscription, elle sait que son principal défi sera de se faire connaître dans cette municipalité, située à 65 kilomètres de chez elle.

Plus d'articles

Commentaires