Retour

Une nouvelle desserte maritime réclamée pour Anticosti

Le maire d'Anticosti, John Pineault, demande à la Société des traversiers d'examiner l'ajout d'une desserte maritime distincte pour l'île.

L’idée n’est pas nouvelle. John Pineault dit avoir pris connaissance du dossier en arrivant à la mairie et a voulu actualiser le contexte et les besoins.

Avec ses collègues de Gaspé et Havre-Saint-Pierre, il estime que la liste des arguments favorables est longue.

Premièrement, un tel lien permettrait d'alléger la course du Bella-Desgagnés qui dessert la Basse-Côte-Nord depuis Rimouski, ce qui permettrait de lui éviter une escale à l'île.

Deuxièmement, le maire Pineault rappelle aussi qu'aucune liaison maritime de la Société des traversiers n'est rentable et que les traverses sont plutôt considérées comme un prolongement du lien routier terrestre. Il invoque donc un principe d'égalité.

Troisièmement, John Pineault propose de moduler le service de desserte en fonction des clientèles attirées par l'emploi saisonnier ou le tourisme. Par exemple, un lien interrives permettrait de visiter le parc Forillon, d'aller au parc national Anticosti et de visiter la Réserve de parc national de l'Archipel de Mingan.

Anciennes liaisons

Il y a déjà eu un lien maritime saisonnier pour relier Anticosti au reste du Québec.

Le premier lien saisonnier entre les deux rives a été emporté avec la route 138, lors d'un déluge survenu en 1996, qui a provoqué des morts et paralysé les déplacements durant quatre ou cinq jours.

Une seconde tentative a semblé atteindre la rentabilité, entre 2003 et 2005, mais la boucle n'a pas été maintenue, selon le premier gouvernement de Jean Charest, faute d'investisseurs privés.

Le maire Pineault et son directeur général ont rencontré des fonctionnaires du secrétariat aux Affaires maritimes, qui relève du ministère des Transports. Il y a eu également une réunion téléphonique avec les maires de Havre-Saint-Pierre et Gaspé, pour échanger de l'information sur la faisabilité d'un lien interrives. Mais John Pineault ne peut pas chiffrer les sommes en jeu ou prioriser un concept plutôt qu'un autre.

Le maire d’Anticosti réclame l'intervention du ministre des Transports, Laurent Lessard.

Un porte-parole de la STQ a confirmé que les demandes d'études acheminées à la STQ relevaient directement du ministre des Transports. Et pour l'instant, il n'y a donc aucune demande ministérielle pour examiner la faisabilité d'un lien interrives avec Anticosti.

D'après les informations de Louis Garneau

Plus d'articles

Commentaires