Retour

Une première élection pour 125 000 jeunes de l'Atlantique

Le 19 octobre, 26,4 millions de Canadiens pourront se rendre aux urnes pour élire le prochain premier ministre du Canada, et du lot, un peu plus de 125 000 nouveaux électeurs de l'Atlantique pourront se prévaloir de leur droit de vote pour la première fois.

Si plusieurs jeunes disent ne pas être assez informés au sujet de la politique, d'autres s'intéressent de plus en plus aux enjeux majeurs qui seront couverts durant la campagne électorale.

« Pour les élections fédérales, il y a toujours la question de prendre une plus grande place un niveau de l'éducation, les jeunes veulent être capable d'être bien représenté en éducation parce qu'ils ont toujours des revendications à faire. Toute la question d'employabilité aussi, les stages rémunérés, la question de l'environnement revient souvent aussi, les jeunes veulent vraiment faire partie du changement », explique le président de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick, Marc-André LeBlanc.

Selon le politologue Denis Duval, les jeunes ont leur part de responsabilité lorsqu'il est question de s'intéresser aux messages politiques. Il soutient que les jeunes ont tendance de croire que les enjeux actuels ne sont pas pour eux, mais que éventuellement, les questions liées à la santé, l'économie, les impôts, etc., les toucheront davantage.

M. Duval soutient qu'avec une campagne aussi longue et coûteuse, les politiciens ne feront pas plus d'efforts pour s'adresser particulièrement aux jeunes.

« Ce qu'il sera intéressant de vérifier, c'est s'il y a un effet boomerang. Les Canadiens n'aiment pas notamment que les politiciens étirent les mandats d'une quatrième ou d'une cinquième année. Ils faisaient payer les partis qui faisaient ça. Est-ce qu'ils vont le faire pour un parti qui rallonge une campagne électorale de façon importante? Ça reste à voir », analyse M. Duval.

Plus d'articles

Commentaires