Retour

Université franco-ontarienne : un rapport déterminant attendu ce matin

Le gouvernement ontarien doit rendre public le rapport du conseil de planification sur la création d'une université franco-ontarienne dans la région de Toronto.

Il y a un peu moins d'un an, le gouvernement a nommé l’ancienne commissaire aux langues officielles, Dyane Adam, à la présidence du conseil de planification.

Ce conseil a été mandaté pour étudier l'espace postsecondaire en français dans le centre sud-ouest de l'Ontario et pour examiner les options relatives à la création d'une université de langue française.

Le conseil a présenté une version préliminaire de son rapport au gouvernement le 4 juillet et la semaine dernière, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle Deb Matthews a écrit sur Twitter : « Nous aurons de grandes nouvelles à vous annoncer la semaine prochaine au sujet des études postsecondaires de langue française! À suivre ».

Lundi matin, le gouvernement ontarien doit rendre public le rapport du conseil de planification.

Des décennies de revendication

Depuis des dizaines d'années, des membres de la communauté franco-ontarienne militent pour la création d'une université de langue française en Ontario.

On ignore encore ce que la province décidera après la publication du rapport, mais le Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO), l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) avaient exprimé plusieurs attentes à ce sujet. Ils souhaitent notamment la désignation d'un emplacement physique pour la future université et la création d'un conseil des gouverneurs.

La ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, n'a pas voulu confirmer qu'il y aurait un édifice, mais elle a indiqué que l'objectif était de mieux desservir la région de Toronto, là où le nombre de francophones est en croissance.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine