Retour

Université franco-ontarienne : un rapport déterminant attendu ce matin

Le gouvernement ontarien doit rendre public le rapport du conseil de planification sur la création d'une université franco-ontarienne dans la région de Toronto.

Il y a un peu moins d'un an, le gouvernement a nommé l’ancienne commissaire aux langues officielles, Dyane Adam, à la présidence du conseil de planification.

Ce conseil a été mandaté pour étudier l'espace postsecondaire en français dans le centre sud-ouest de l'Ontario et pour examiner les options relatives à la création d'une université de langue française.

Le conseil a présenté une version préliminaire de son rapport au gouvernement le 4 juillet et la semaine dernière, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle Deb Matthews a écrit sur Twitter : « Nous aurons de grandes nouvelles à vous annoncer la semaine prochaine au sujet des études postsecondaires de langue française! À suivre ».

Lundi matin, le gouvernement ontarien doit rendre public le rapport du conseil de planification.

Des décennies de revendication

Depuis des dizaines d'années, des membres de la communauté franco-ontarienne militent pour la création d'une université de langue française en Ontario.

On ignore encore ce que la province décidera après la publication du rapport, mais le Regroupement étudiant franco-ontarien (REFO), l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) avaient exprimé plusieurs attentes à ce sujet. Ils souhaitent notamment la désignation d'un emplacement physique pour la future université et la création d'un conseil des gouverneurs.

La ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, n'a pas voulu confirmer qu'il y aurait un édifice, mais elle a indiqué que l'objectif était de mieux desservir la région de Toronto, là où le nombre de francophones est en croissance.

Plus d'articles

Commentaires