Retour

Val-d'Or : le PQ demande la démission de la ministre Thériault

Les députés du Parti québécois Agnès Maltais et Bernard Drainville ont demandé mardi la démission de la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, pour sa gestion des allégations de mauvais traitements subis par des femmes autochtones de Val-d'Or.

N'eut été du travail des journalistes, « l'ampleur de l'affaire n'aurait jamais été connue », estime le député de Marie-Victorin.

« La ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre a fait preuve d'un manque de jugement, d'un comportement erratique et indigne de ses fonctions, a-t-il déclaré mardi matin. Par conséquent, nous on dit qu'elle doit démissionner. Et si elle ne démissionne pas, le premier ministre du Québec devrait demander sa démission. »

Le PQ avait aussi demandé le départ de Lise Thériault lors des évasions qui s'étaient produites à la prison d'Orsainville. Devant ce nouvel appel à sa démission, mardi, la principale intéressée a rétorqué en souriant : « Ça ne sera pas la première fois et vous le savez ». Après quoi elle a tourné les talons sans commenter davantage.

Loin de lui retirer ses fonctions, le premier ministre Couillard a plutôt défendu la ministre en revenant sur la conférence de presse que cette dernière avait donnée vendredi au sujet des événements de Val-d'Or et durant laquelle elle avait versé des larmes. Pour Philippe Couillard, le fait qu'on ait aussi abondamment commenté les pleurs de Lise Thériault est « à la limite de la bienséance ». Selon lui, il est normal que les gens montrent leurs émotions, particulièrement en entendant des propos aussi dramatiques que ceux tenus par des femmes autochtones de Val-d'Or.

Québec solidaire prône une approche globale

Québec solidaire privilégie pour sa part une approche plus globale et souhaite plutôt que le gouvernement crée un comité « opération réconciliation » dirigé par le premier ministre Couillard.

La députée Manon Massé a expliqué en point de presse que le mandat de ce comité serait de s'attaquer « au problème de fond » de la discrimination systémique dont les autochtones font les frais.

Et le Bureau des enquêtes indépendantes?

Le PQ exhorte par ailleurs le gouvernement à confier l'enquête en cours au Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), ce à quoi le premier ministre Couillard réplique que ledit bureau ne sera pas fonctionnel avant le 1er avril 2016, compte tenu des délais d'entraînement de formation et d'accréditation du personnel.

Rappelons que vendredi, la ministre Thériault avait demandé au Service de police de la ville de Montréal (SPVM) de reprendre l'enquête entreprise par la Sûreté du Québec (SQ), étant donné que les allégations en question visaient des policiers de la SQ.

Durant la période de questions à l'Assemblée nationale mardi, le chef de l'opposition, Pierre Karl Péladeau a critiqué le premier ministre Couillard qui, dit-il, « considère que des corps de police peuvent mener une enquête indépendante sur d'autres policiers ».

Or, de l'avis de M. Péladeau, cette enquête du SPVM ne permet pas :

  • d'assurer les victimes qu'une justice pleine et entière sera justice sera rendue;
  • de préserver la confiance du public dans les forces de l'ordre.

En après-midi, mardi, on apprenait que Québec a nommé un observateur dans l'enquête du SPVM à Val-d'Or pour « que chacune des parties ait l'assurance entière de l'indépendance du processus ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine