Retour

Valérie Plante : comment saboter sa lune de miel

Une nouvelle administration peut normalement compter sur la bonne volonté des citoyens pendant ses premiers pas. Une lune de miel, en quelque sorte, à condition de ne pas la saboter soi-même. Or, c'est exactement ce qu'a fait la mairesse Valérie Plante en présentant son premier budget.

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi info

La chose la plus prévisible au monde, c’était qu’elle serait interrogée sur la hausse globale du compte de taxes des contribuables montréalais qui est de 3,3 % alors que l’inflation devrait atteindre 2,1 % en 2018. Après tout, Projet Montréal avait formellement promis dans sa plateforme électorale une hausse de taxes qui ne dépasserait pas l’inflation.

Au lieu de jouer cartes sur table, la mairesse a joué de la sémantique, disant que l'impôt foncier général n’augmentait pas plus que l’inflation. Sauf qu’il y a aussi des taxes d’arrondissements et la taxe de l’eau – qui ajoute 1,1 % au compte – qui font en sorte que le total dépasse l’inflation.

Plusieurs fois, Mme Plante a répondu à propos de la taxe foncière générale, alors que les questions portaient sur l’ensemble des taxes. Et c’était fait avec à peu près la même subtilité que Mélanie Joly quand elle répondait sur la classe moyenne alors qu'on lui posait des questions sur Netflix. De toute évidence, la nouvelle administration ne connaît pas encore le vieux principe qui veut que lorsqu’on est dans un trou, on arrête de creuser.

En s’enfermant ainsi dans une logique douteuse, la mairesse s’est assuré que les manchettes ne parleraient que de la hausse de taxes.

Il y avait pourtant un autre chemin : admettre qu’il y a une hausse, mais la relativiser. Une hausse moyenne de 10 $ par mois en moyenne n’est pas si élevée, si on présente comme il faut aux Montréalais les services supplémentaires qu’ils obtiendront.

Transport en commun et eau

D’abord, il y a une hausse assez importante de presque 28 millions de dollars pour le transport en commun, le secteur qui a le plus souffert pendant les années Coderre. D’ailleurs, souvenons-nous : l’administration de Denis Coderre avait équilibré son premier budget en sabrant le budget de la Société de transport de Montréal.

La veille – la veille! – Mme Plante était entourée d’une brochette de ministres pour annoncer l’appel d’offres pour 300 nouveaux autobus, nouvelle qui avait été bien accueillie. Quand on a fait campagne pour être la mairesse de la mobilité, il n’est que normal d’augmenter le budget du transport en commun. Cela s’est complètement perdu dans la présentation du budget.

De même, l’augmentation de la taxe de l’eau se justifie amplement par l’état de délabrement du réseau. Ce délabrement relève de la responsabilité collective des administrations précédentes, et il fait qu’aujourd’hui les bris de conduites d’eau sont de plus en plus nombreux, de plus en plus importants et, jusqu’à présent, on n’a guère fait plus que réparer le plus pressant.

Ces choses-là s’expliquent et peuvent obtenir l’adhésion des citoyens si on prend le temps de préparer le terrain et de les mettre dans le coup. À ce moment-ci d’un mandat, il y a un réservoir de bonne volonté envers une nouvelle administration qui veut faire des choses.

À condition d’avoir les citoyens de son côté. Et dans ce cas précis, il était tout à fait possible de leur faire accepter une hausse quand même relativement modeste de 10 $ par mois en moyenne, si on leur explique que ce sera pour des besoins essentiels comme l’eau et le transport en commun.

Mais c’est à la condition d’être transparent et de ne pas s’accrocher à un subterfuge sémantique comme l’a fait Mme Plante. Parce que le plus triste dans tout cela, c’est que, pour la première fois, la mairesse a eu l’air d’une politicienne ordinaire, alors que toute sa campagne et ses premières semaines à l’hôtel de ville annonçaient autre chose.

Plus d'articles